Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 10:03

Voilà la 6ème assemblée générale de l’association Questions d’avenir.Dans quelques minutes, à l’issue de l’état des lieux que je vais m’efforcer de vous dresser ce soir, vous devrez voter pour ou contre ce bilan moral.

C’est pourtant bien plus qu’une formalité administrative que nous allons accomplir ce soir. Je souhaite qu’au-delà de l’année que nous venons de vivre collectivement au sein de Questions d’avenir, nous nous efforcions de faire le bilan des six années que nous venons de vivre.

Notre association née quelques mois avant les élections municipales de 2001 a trouvé une réelle raison d’exister après l’installation du nouveau conseil municipal et l’élection du nouveau Maire de la commune.

 

Faut-il le rappeler, avec 48% des suffrages, la liste dont certains d’entre nous étaient issus n’a pas été représentée dans la nouvelle assemblée. Seul le mode de scrutin était responsable de cet état de fait.

Pour pallier à cette carence d’opposition, l’association Questions d’avenir a, à plusieurs reprises, tendu la main à la municipalité.

Une autre représentation était possible à travers le monde associatif, les organismes communaux et intercommunaux. Tout simplement, le débat était possible, nous l’avons proposé à plusieurs reprises, fallait-il juste en fixer les règles du jeu.

Le Maire avait regretté lors de sa prise de fonction cette drôlerie de la démocratie : « Nous avions critiqué -en 1995- le mode de scrutin en disant qu’il était inadapté à une ville comme la nôtre et qu’il n’était pas sain qu’il n’y ait pas d’opposition au sein du Conseil Municipal.Aujourd’hui ce mode de scrutin a joué en notre faveur mais la vérité d’hier reste la vérité d’aujourd’hui et nous continuons à penser la même chose »

Durant ce mandat, le Maire n’aura jamais, je dis bien jamais, saisi la proposition et pourtant, il disait le même soir, « nous voulons maintenant rassembler toutes les bonnes volontés d’où qu’elles viennent ».

La seule réponse du Maire a été de faire le ménage. Toutes celles et tous ceux qui étaient considéré de près ou de loin comme des opposants au « nouveau régime » se sont vu montrer la porte de la sortie. J ’en ai été la première victime, à l’époque j’étais simple animateur au Centre d’Animation Enfance Jeunesse.

Le directeur de l’école de musique a suivi (il gagnera quelques années plus tard son procès contre le syndicat de l’école de musique pour licenciement abusif), tout comme le directeur du centre d’animation et comme si ce ménage ne suffisait pas, le Maire mettra à terre l’association elle-même.

Qu’on se rassure, d’autres seront récompensés, drôle de conception de la démocratie pour une équipe qui se disait à l’écoute et transparente.

Le Maire a été jusqu’à ignorer notre association dans les manifestations officielles. Question d’avenir n’avait plus Droit de cité pour les locataires de la maison blanche. Questions d’avenir s’est installé dans son rôle d’opposant en se gardant bien de tomber dans un esprit revanchard et systématiquement négatif.

Une opposition n’est crédible que si elle sait reconnaître un bon projet. Ce fut le cas pour certains d’entre eux. On pourrait parler de l’aménagement du parc ludique, de l’agrandissement de la crèche, de la création du Relais d’Assistantes Maternelles, même si l’architecture peut choquer les défenseurs du patrimoine local.

La ligne de conduite de notre association n’a jamais varié :

  • favoriser le débat,
  • se renseigner sur les dossiers,
  • participer à la vie locale, (conseils municipaux, conseils communautaires)
  • ne jamais attaquer les personnes (même s’il nous arrive de « taquiner » le Maire),
  • avancer des propositions sur les dossiers que nous abordons.

Les membres de Questions d’avenir sont donc restés présents lors des conseils municipaux, parfois plus que certains élus, lors des conseils communautaires quand l’information arrivait jusqu’à nous, dans tous les événements de la vie locale, auprès des associations et de tous les acteurs de la commune.

Il a aussi fallu rester motivé. A l’écart de tous les dossiers, l’envie peut surgir rapidement de tout laisser tomber et de se consacrer à son quotidien, à sa famille.

C’est avant tout la passion pour la vie de notre commune qui l’a emporté et je souhaite remercier chacun et chacune d’entre vous pour votre présence durant ces six dernières années ou depuis quelques mois. La motivation des membres de notre association fait plaisir à voir. On ose à peine imaginer ce que ce serait si nous étions élus !

Depuis quelques mois je disais à l’instant pour certains, voire depuis quelques semaines. Les échéances municipales approchent et beaucoup réclament aujourd’hui un changement profond dans la gestion de notre commune. C’est le fonctionnement municipal qui est pointé du doigt par des habitants qui s’intéressent bien plus aux affaires municipales que ce que l’on veut bien croire :

  • l’absence chronique du Maire dans la vie de la commune
  •  l’absence tout court d’élus (11 au dernier conseil municipal),
  • la gestion de la ville par un noyau de 3 ou 4 personnes,
  • le peu de considération des élus pour les tracas quotidiens des Archépontaines et des Archépontains,
  • les décisions unilatérales, sans aucune concertation avec la rentrée scolaire et la création d’une classe double niveau (maternelle/primaire), dernier exemple en date
  • la disparition programmée de grands rendez-vous festifs de la commune, à commencer par la Sainte Anne

    Au-delà, les mensonges de la campagne de 2001 sont dans toutes les têtes.

 

 

L’agglomération d’abord. Claude Blot et Dominique Jachimiak avaient fait leur campagne sur ce point principal, annonçant s’ils étaient élus le retrait de Pont de l’Arche de la CASE et l’intégration à la CDC Seine Bord. On connaît la suite !

Sur ce point soyons clairs ! Il ne s’agit pas de reprocher au Maire de bien travailler dans la communauté d’agglomération Seine Eure et d’entretenir des rapports cordiaux, voire amicaux.

Personnellement, je ne supporte pas les mensonges électoraux et Dominique Jachimiak s’est fait élire en mentant aux électeurs.

Le contournement ensuite. Difficile de ne pas évoquer ce dossier tellement il a marqué la vie Archépontaine et depuis bien plus que 6 ans. Le projet a plus de 25 ans. Tous les Archépontains élus depuis 25 ans ont œuvré pour la réalisation du contournement.

 

M. Jachimiak a fait sa part du travail, tout comme ses prédécesseurs. Je profite de cette occasion pour remercier publiquement Paulette Lecureux de son action dans ce dossier.

Fallait-il croire aux promesses des candidats Jachimiak et Blot quand ils annonçaient le déblocage du dossier dès leur élection. Si cela avait été le cas, le contournement aurait démarré dès 2002, il serait achevé et inauguré. Les travaux de la route a proprement parlé commence seulement en cette rentrée 2007, preuve en est que ce dossier était bien plus compliqué que ce qu’ils voulaient bien dire à l’époque.

 

Interrogé par un habitant sur l’avancement des travaux à l’occasion d’une réunion de quartier, Claude Blot avait lâché il y a quelques semaines : « On ne peut rien faire, c’est le Conseil Général qui paye ! » Drôle d’aveu 6 ans plus tard.

Ce dossier a avancé grâce à la volonté politique de Jean Louis Destans, Président du Conseil général de l’Eure, collectivité qui finance ce projet de plus de 18 millions d’euros.

 

Je profite de cet instant pour rendre hommage à Jean Jaques Cabot, principal collaborateur du Président Destans, disparu brutalement cet été. Il nous avait reçu à plusieurs reprises pour évoquer des dossiers locaux. Son engagement dans tous les projets du département et la compétence de cet homme manqueront cruellement à notre territoire.

C’est tout le reste enfin.

  • L’augmentation de la pression fiscale contrairement aux promesses de rétablissement de l’abattement à la base.
  • L’augmentation hallucinante des dépenses de fonctionnement hypothéquant l’avenir de la commune.
  • Le soutien au commerce local et la création du Mutant.
  • Les priorités étonnantes des élus. Un millions d’euros dans une salle des fêtes et pas un centime pour la sécurité devant les écoles
  • Le refus d’un réaménagement nécessaire de l’école maternelle
  • L’abandon des promesses de 2001 comme la piscine

    Comme vous pouvez le voir, Questions d’avenir n’a pas manqué de travail depuis 6 ans.

    Les travaux de l’association ont été publiés au travers du bulletin d’informations attendu aujourd’hui dans beaucoup de foyer. « Droit de cité » a trouvé sa place dans le paysage local. Les brèves de trottoirs, les deux sages sur leur banc manquent rarement de piquant.

     

 

 

Et pourtant le Maire nous avaient dit après son élection : « Dans trois mois vous n’aurez plus rien à dire ».Il s’est trompé, une fois n’est pas coutume, Questions d’avenir a édité en 6 ans 24 numéros de « Droit de cité » et publiera dans quelques jours le 25ème numéro.

A coté de ça, l’association édite depuis le début de l’année 2007 le résultat de ses travaux sur le projet. Trois numéros ont déjà été publiés et devraient s’intensifier dans les semaines à venir. Nous voulions être crédibles en travaillant de façon constructive, ces publications sont le fruit de notre travail commun.

Dans six mois les habitants de notre commune seront amenés à élire leur nouveau conseil municipal. 27 élus, répartis à la proportionnelle composeront la future municipalité. Ce n’est un secret pour personne, Questions d’avenir présentera une liste d’hommes et de femmes prêts pour assurer la gestion de la commune si les électeurs et les électrices nous font confiance.

L’équipe que nous proposerons aux suffrages des électeurs devra rassembler un maximum d’Archépontaines et d’Archépontains, le détail sera connu dans quelques semaines.

La victoire n’est pas une fin en soi. Si vous en êtes d’accord, c’est maintenant que le travail commence, si les Archépontaines et les Archépontains veulent bien nous faire confiance. Le débat est ouvert.

Richard Jacquet

 

 

 

 

Président de Questions d’avenir

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Armand Launay 11/09/2007 12:42

"Toutes celles et tous ceux qui étaient considérés de près ou de loin comme des opposants au « nouveau régime » se sont vu montrer la porte de

la sortie."
 

C'est tellement vrai !
 

J'ai fait partie des électeurs de Dominique Jachimiak et son équipe en 2001.
 

Or, certains des projets municipaux me semblaient peu judicieux (Le Mutant près de Bonport...).
 

J'ai envoyé à M. le maire de nombreux courriers pour lui faire part - posément - de mes réserves. Celui-ci m'a classé dans l'opposition et s'est même vengé de moi en me limitant l'accès aux archives municipales...
 

Il m'a montré une facette de sa personnalité et des conseils que ses proches ont pu lui prodiguer : le manque de dialogue avec les citoyens et la fermeture aux idées qui ne sont pas les siennes.
 

Alors aujourd'hui je ne reproche pas à M. le Maire et ses quelques proches conseillers d'avoir eu peu de bons projets pour la commune. L'erreur est humaine et je ne suis pas meilleur. 
 

Ce que je formule comme réserve c'est la fermeture des dirigeants de la commune aux aspirations, aux conseils, aux réserves de leurs concitoyens. 
 

En agissant ainsi, les dirigeants ont l'orgueil de penser qu'ils ont seuls les bonnes idées et qu'ils peuvent se passer des autres. 
 

Or on est meilleurs ensemble, enrichis par les réflexions des autres car le bon sens ne s'apprend pas entièrement dans les livres et il est partagé par tous. 
 

Je me retrouve dans le bilan dressé par l'Association "Questions d'avenir" avec laquelle j'ai pu partager des points de vue sur la sociabilité, les ressources économiques et le patrimoine de la ville.
 

C'est pourquoi j'ai rejoint cette association lors de cette assemblée générale afin d'apporter mes connaissances en matière de patrimoine et d'histoire.