Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 15:31

Vaches-2.jpgAlors que les grands de ce monde sont reçus sur une cote d’azur « bunkérisée »,  les mauvaises nouvelles s’amoncèlent sur le front de l’emploi. Après M Real, c’est aujourd’hui Sotrafer et Azéo qui pourrait quitter notre canton et licencier au passage 90 salariés à eux deux.

 

Ce matin, d’autres avaient rejoints le mouvement. Avec M Real, Pétroplus, Saipol, le port autonome, Renault, tous étaient venus crier leur colère devant autant de licenciements et aussi peu de cas fait de centaines d’ouvriers.

La capitale Haut Normande aura été paralysée quelques heures puisque plusieurs accès à Rouen étaient bloqués comme pour redire à toute une population que leur industrie meurt à petit feu.

Mais combien faudra-t’il d’actions pour qu’enfin l’Etat prenne ses responsabilités !

Les actions se suivent et ne se ressemblent pas : un seul objectif, mettre la pression sur les décideurs qui feront que le site pourra être vendu et repris car c’est la seule alternative crédible au reclassement de tous les salariés, au développement de projets innovants et donc à celui de l’emploi.

 

Vaches-3.jpgCette lutte engagée depuis 16 jours maintenant doit bien sûr se poursuivre, il n’est pas question de céder maintenant. Les repreneurs eux sont toujours présents et c’est leur présence qui motive les troupes. Leur énergie, ils la puisent dans l’espoir même infime, et fluctuant il est vrai selon les jours, de voir leur usine redémarrer … pour de bon.

 

C’est certainement l’exemple de l’action commune de ce matin qui apporte la meilleure réponse. Car c’est uni que les salariés obtiendront les meilleurs résultats. Pour M Real, pour Azeo, pour Sotrafer, pour tous autres, et c’est à redouter pour ceux qui ne le savent pas encore.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Arnaud Levitre 04/11/2011 18:19



Sur la piste des algues vertes, un exemple européen est à souligner : une papeterie italienne réalise sa production à partir de poudre d'algues vertes mélangée à 60% de la pâte cellulosique. Il
paraît qu'il est possible de réaliser cette adjonction jusqu'à 80%. C'est effectivement une piste supplémentaire alternative de production bio qui pourrait être envisagée chez M-real. La
prolifération des algues vertes en bretagne existe malheureusement trop : on peut imaginer un partenariat entre nos deux régions pour créer une usine de transformation des algues en poudre (en
bretagne) et adapter l'outil de production à la réalisation d'un papier à partir de la matière verte chez M-real. Ce n'est qu'une proposition qui vient s'ajouter à celles déjà existantes. Pour
l'heure, il s'agit bien de se battre pour que l'usine vive et pour celà, l'action politique est déterminante. Déterminante au niveau du gouvernement qui doit faire pression sur l'Etat et le
groupe finlandais pour qu'il cède enfin l'entreprise à un des repreneurs identifiés. Si malheureusement, Mikko HELANDER restait sourd, la piste de l'expropriation d'Mreal (légale au titre de
l'utilité publique) peut être engagée avec l'engagement fort du Département, de la Région ainsi que du gouvernement. Cordialement.



mme Bled 03/11/2011 20:00



On me dit qu'il serait possible de transformer les algues vertes nocives de Bretagne par exemple en pâte à papier pour produire du papier recyclé ! En savez-vous davantage, ce serait vraiment
intéressant d'avoir des prjets d'avenir avec un repreneur pertinent sur ce site industriel. Mes enfants ont eu la chance de visiter Samedi et sont de tout coeur avec les ouvriers ...qui attendent
un revirement de situation c'est à dire la vente souhaitée.


 



Questions d'avenir 04/11/2011 09:48



C'est effectivement une des possibilités ou comment allier projet industriel et problématiques environementales. Avant cela nous devons nous assurer de la reprise du site et de l'activité.