Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:50

Même sans fanfares, ni trompettes et il faut s’y résigner, sans une médiatisation importante du cas d’école que représente le départ de M Real, le collectif pour le maintien de l’emploi sur le site d’Alizay, derrière l’intersyndicale et les salariés, continue de se battre, de rechercher des solutions, de soutenir l’action de celles et ceux qui croient que le site industriel d’Alizay est porteur d’avenir, de croissance et d’emploi.

 

Mikko-c-la-feteL’intersyndicale était en Finlande la semaine dernière pour rencontrer Hellander, PDG Finlandais du groupe de M Real.

L’option défendue par les syndicats et le collectif, c’est la vente du site à un repreneur, maintenant et vite car les repreneurs existent et assurent la reprise de l’activité. Des projets divers ont été présentés, étudiés et validés. M Real ne veut rien savoir, malgré les promesses et les annonces du mois de mai 2011.

Le scénario choisi par M Real justement, c’est la fermeture. La liquidation du site et le licenciement des 330 salariés de M Real et des presque 300 qui vivent de l’activité du site d’Alizay.

Mais la pression mise sur les dirigeants finlandais finie par porter ses fruits. Nous sommes loin d’une victoire, il faut bien le reconnaitre mais de nouveaux éléments peuvent peser dans la balance. Hellander en bonne équilibriste choisi une nouvelle formule qui combine les deux premiers scénarios : la vente du site après le PSE. Simplement, il pourrait accepter de vendre le site à un prix qu’il se refuse encore de donner mais une fois le licenciement de tous les salariés prononcé.

Il lui restera alors des obligations de ré industrialisation et c’est dans ce cadre que la vente pourrait se faire et qu’il proposera un accord à l’intersyndicale.

 

Cette solution n’est évidemment pas celle espérée mais est-il possible de la refuser, considérant la situation actuelle et les perspectives favorables encore possible ?

Ce qui est sur, c’est nous n’avons aucune confiance dans les engagements de Hellander et de M Real et que si cet accord est validé, comme le disait Richard Jacquet lors de ses vœux, c’est à l’Etat d’imposer contractuellement des obligations de résultat à M Real. Hellander et ses actionnaires ne doivent pas s’en sortir en justifiant de plusieurs millions d’euros injecter dans un plan de ré industrialisation. Les finlandais doivent garantir la reprise effective du site et le développement de l’emploi.

 

Plus d’information sur le site de l’intersyndicale :

http://developper-m-real-a-412.over-blog.com/

 

Illustration: Blog intersyndicale M Real Alizay

Partager cet article

Repost 0

commentaires