Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 10:09

Marc-Antoine Jamet, Maire de val de Reuil et Vice-président du Conseil régional de haute Normandie estime que s’il ne veut pas négocier, c’est à la barre du tribunal qu’’il faudra y contraindre le PDG Finlandais.

 

En ne se rendant pas au rendez-vous que lui avait suggéré lundi le Ministre de l’agriculture, le PDG de M'Real, Mikko Hellander, a démontré le peu de considération qu'il avait pour le Gouvernement. En ne se donnant même pas la peine de négocier avec les éventuels repreneurs, notamment les candidats français, il a indiqué le peu de cas qu'il faisait des salariés, de leur avenir, de leur famille. En menaçant d'un plan social dur les syndicats s'ils obstinaient à défendre leurs camarades promis au licenciement, il a donné la preuve qu'il ne connait depuis le début de ce conflit qu'une seule méthode : le rapport de force. On ne peut laisser l'espoir conduit au charnier par un tel homme froid et calculateur, sûr de lui et dominateur. Il faut lui répondre avec ses propres arguments. Comme ont commencé à le faire les syndicats et leurs avocats, une action judiciaire rapide doit être menée contre le papetier devant les tribunaux compétents. A mon sens, il doit être poursuivi au moins au nom de quatre chefs d'inculpation.

 

Je note que cela fait des années que le site d'Alizay paye au holding finlandais d'importants "frais de pilotage", parfois de plusieurs millions d'euros selon certains exercices, sans que cette taxe, ce prélèvement, ne soient justifiés avec précision dans les comptes. La profitabilité de l'usine d'Alizay est peut-être encore plus importante qu'on ne le pensait.

 

Nous sommes devant un délai d'entrave caractérisé puisqu'un certain nombre d'éléments sont aujourd'hui publiquement présentés par la partie finlandaise comme s'ils étaient définitifs, à commencer par la fermeture de l'usine, sans qu'ils aient été discutés ou au moins soutenus devant les instances représentatives du personnel et le comité d'entreprise. Ce comportement n’est pas nouveau. Le droit d'alerte des salariés a déjà été entravé par le passé. Que l’on se souvienne que M'Real avait bloqué les informations nécessaires à son exercice à plusieurs étapes cruciales des discussions sur le futur de l’entreprise.

 

On peut également se demander si le déménagement vers d'autres unités du groupe de commandes établies à Alizay depuis des lustres, 40 000 tonnes pas moins de bon papier, ne s'apparente pas à de l'abus de biens sociaux.

 

Enfin il est clair que l'action concertée des différents acteurs finlandais pour contrôler le marché, diminuer l'offre, garantir la stabilité voire la hausse de leurs prix, constituent des actions clairement anticoncurrentielles, des dérives oligopolistiques, pratiques que le droit français et le droit européen punissent pour protéger une économie saine et sincère.

 

Saine comme la situation de l'usine d'Alizay, sincère comme le désir de travailler de ses salariés. C'est pourquoi, comme hier il fallait soutenir les salariés sans réserve, il faut aux élus quitter le registre de la dénonciation, de la protestation, pour aller vers celui de la contestation, du contentieux, de l'offensive pour l'activité et l'emploi en soutenant cette quadruple procédure judiciaire contre Mikko Hellander.

Partager cet article

Repost 0

commentaires