Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 14:56

L’éducation devra être la priorité de la prochaine équipe municipale et pas seulement un slogan de campagne électorale. Questions d’avenir, présente depuis 6 ans dans la vie locale, s’engage pour que promesses et réalités convergent.

 

 L’équipe en place a assumé l’existant, nous l’avons vu, mais les besoins sont en perpétuelles mutations. Les attentes des enfants, des jeunes et de leurs familles évoluent. Les besoins de garde changent avec l’évolution du temps de travail notamment, et de nouveaux défis nous attendent. La notion d’éducation partagée en est un.

 

Il nous faudra redessiner notre projet éducatif local en concertation avec tous les acteurs : les familles, l’école, toutes celles et tous ceux qui interviennent dans le champ éducatif comme le centre de loisirs.

S’arrêter un instant, regarder derrière soi et être capable de faire le bilan de nos dispositifs en matière d’éducation, d’enfance et de jeunesse nous permettra à la fois d’optimiser notre fonctionnement mais aussi de garantir une bonne utilisation des fonds de la commune.

Dans ce cadre, il serait bon de mener une réflexion sur les actions financées par la ville sur le temps scolaire, en relation avec les enseignants et les parents.

Parmi nos objectifs, le  développement de l’offre de loisirs et permettre son accès au plus grand nombre doit être une de nos priorités. Des familles sont parfois dans la difficulté quand il s’agit d’inscrire un ou plusieurs enfants dans un club sportif, au centre de loisirs ou à l’école de musique. Dans ce domaine, la barrière financière ne doit pas être insurmontable et il doit être offert aux enfants et aux jeunes la possibilité d’exercer une pratique sportive ou culturelle. La ville s’engage alors, avec le jeune dans un contrat pour que l’activité puisse être financé mais qu’en contrepartie le jeune s’engage pour sa commune.

 

 

Favoriser l’autonomie et remettre en avant les valeurs indispensables de citoyenneté feront partie intégrante de notre projet. Il fait bon vivre dans notre commune, à condition que chacun, petit ou grand joue son rôle. Chacun a des droits mais aussi des devoirs et tous les mailons de la chaîne de l’éducation doivent travailler ensemble pour faire des jeunes Archépontains de futurs citoyens responsables et épanouis.

Dans cet esprit, nous devrons travailler avec tous les acteurs de la prévention et favoriser les relations avec les associations d’aide au public jeune.

Dans un autre domaine, il faudra accentuer les échanges internationaux et plus particulièrement européens par l’intermédiaire des organisations scolaires ou associatives.

L’école est un des piliers principaux de l’éducation et ne doit pas être soumise à une pure logique budgétaire. Nous oeuvrerons pour que l’État assume son rôle en attribuant des postes dans les écoles quand cela est nécessaire. Cela réclame un minimum de sérieux de la part des élus et la capacité à prévoir sur une période significative les effectifs des écoles.

 

 

Nous nous élevons contre la logique de Monsieur Jachimiak qui souhaite regrouper dans une classe primaire des grands de l’école maternelle et des élèves du cours préparatoire. Ainsi, comme nous l’avions fait pour le groupe scolaire Maxime Marchand, une restructuration totale de l’école maternelle devra être envisagée afin d’améliorer l’accueil des élèves et le fonctionnement du personnel au quotidien (agrandissement de la cour et construction d’un préau, dortoirs, salle de jeux, sanitaires, classes…)

Le « château » du centre de loisirs devra faire l’objet d’une attention particulière. Les élus semblent enfin s’en préoccuper à l’occasion du budget 2007, il devra faire partie des priorités de la prochaine équipe municipale.

Les équipements de loisirs en accès libre (Résidence Aragon) devrons faire l’objet d’une rénovation. Les attentes des jeunes, notamment sur la création d’un skate parc devront être étudiés avec attention.

Enfin, nous devrons poursuivre le travail engagé avec les acteurs de la petite enfance, en confortant l’activité associative de la crèche Bidibul , en lui permettant un fonctionnement optimum. Il serait intéressant d’analyser le fonctionnement du relais d’assistantes maternelles et de la crèche, leur évolution, les attentes des parents de Pont de l’Arche et des communes voisines t le coût de ces services.

La petite enfance, l’enfance et la jeunesse sont des domaines passionnants. Emparez vous de ces propositions, le débat est ouvert.

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Enfance - jeunesse
commenter cet article
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 17:36

Le débat démocratique est trop souvent confisqué. Cette année électorale est encore l’occasion de le vérifier.

Les médias, l’élite bien pensante réfléchissent pour les citoyens, débattent, commentent des sondages qui ne prennent pas en compte les réalités des aspirations citoyennes. 4 semaines avant le scrutin, le sondage le plus instructif est que 60% des Françaises et des Français n’avaient pas fait leur choix pour l’élection présidentielle.

Il appartient toutefois à chacun d’exercer son devoir, en votant et en ne laissant personne décider à sa place.

Ce n’est pas pour rien si l’élection municipale reste le scrutin où l’abstention est la plus faible car les citoyens y voient un véritable enjeu, porteur de progrès pour leur quotidien.

 

C’est dans cet esprit que nous vous proposons des numéros spéciaux de « Droit de cité, Le projet ». Ils susciteront chez vous, nous l’espérons, réactions, réflexions et propositions. Vous l’avez bien compris et vous avez été nombreux à vous manifester soit à l’occasion d’une rencontre lors de notre réunion mensuelle, soit sur le nouveau blog de Questions d’avenir où vous retrouvez l’intégralité de nos propositions, soit tout simplement sur le marché ou à l’occasion d’une rencontre.

 

Certains posent des questions, cherchent à comprendre, d’autres manifestent leur soutien à nos propositions ou tout son contraire, mais c’est aussi la différence des opinions qui favorise le débat démocratique.

 

Nous vous proposons d’aborder très prochainement la politique de l’éducation, de l’enfance et de la jeunesse, dont le maire avait fait sa soi-disant priorité. Des écoles au centre de loisirs municipalisé, Questions d’avenir vous propose un état des lieux et des propositions pour faire de commune … une ville à vivre.

 

   

Richard Jacquet

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Citoyenneté
commenter cet article
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 17:26

Décentralisation : Rappelons pour mémoire que la gestion des écoles maternelles et primaires est de la compétence des communes, celle des collèges est assurée par les départements et celle des lycées est de la compétence des régions.

 

César ! Les services dont bénéficient les habitants existaient avant l'arrivée de nos élus en 2001: crèche, relais d'assistantes maternelles, activités périscolaires, restaurant scolaire,  centre de loisirs,  transport en car jusqu'aux écoles.Il est bien que les nouveaux habitants, ravis de trouver tous ces services s'imprègnent de l'histoire locale.  

 

Millionnaire : Exit la rénovation de l’école maternelle. Les choix se sont portés ailleurs :1 million d'euros pour rénover la salle des fêtes, 600.000 euros pour créer un OTNI (Objet Terrestre Non Identifie) au bord de l'Eure qui n'est pas une réussite architecturale et dont l'utilité suscite bien des interrogations.  

 

Merci qui ? La classe libre au groupe scolaire primaire est due à l’ancienne équipe municipale (celle qui n’avait rien fait pendant 15 ans !) qui avait prévu dans son projet une possible augmentation des effectifs.

 
Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Divers et brèves
commenter cet article
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 17:16

Gérer une ville, c’est prendre en compte toutes ses composantes. Pont de l’arche, pourtant petit bourg d’un département rural a montré l’exemple.

 

 Quand certains se posent le problème en 2007 des crèches ou des centres de loisirs, des moyens de garde ou des projets éducatifs locaux, notre commune a toujours une certaine fierté à mettre en avant son action dans ce domaine.

 

 Dominique Jachimiak n’a rien créé

 Rappelons le, car c’est la stricte vérité. Paulette Lecureux , Maire de 1989 à 2001, accusé d’immobilisme par l’équipe municipale actuelle et son Maire en tête,  a en effet rendu possible la professionnalisation des équipes du centre de loisirs, a mis sur pied les services de crèche et de halte-garderie avec l’association Bidibul, a initié le Relais d’assistantes maternelles.

 Les successeurs ont juste pris le relais !

 Certes des améliorations ont été apportées avec l’agrandissement de la crèche et la rénovation de locaux pour le RAM, mais ces services existaient et Dominique Jachimiak n’a rien créé !

 Ou plutôt si, il a montré comment détruire en moins de temps qu’il faut pour le dire, un centre de loisirs qui conjuguait professionnalisme, innovation, réussite et investissement des familles.

 Le Centre d’Animation Enfance Jeunesse a été municipalisé pour des raisons de pouvoir. Faire le ménage dans le personnel était l’objectif prioritaire du Maire qui voyait dans cette association, le « bastion de l’opposition ».

 

 Dépenses de personnel

Reste au Maire aujourd’hui a justifier le bien-fondé de sa politique, notamment sur le plan financier. Le dernier conseil municipal a montré une fois de plus que quand les élus ont tord, ils préfèrent camoufler les chiffres.

C’est en effet le compte administratif du centre de loisirs municipal et son budget 2007 qui ont été présentés.

Après la traditionnelle glorification des élus, les chiffres ont défilé, comme pour éviter que l’opposition relève la supercherie.

 

Ce n’est pourtant pas bien compliqué à comprendre.

Pour présenter un budget « raisonnable » de la structure, les élus ont tout simplement fait passer un certain nombre d’agents du centre de loisirs dans le budget principal de la ville. Combien , le mystère reste entier mais avec 26 000 euros seulement consacrés au personnel titulaire dans le budget 2007, on peut imaginer qu’il manque une somme non négligeable.

Ces méthodes sont d’un autre âge et vont à l’encontre de la transparence que quiconque est en droit de réclamer à des décideurs et gestionnaires de l’argent public.

 

Le centre de loisirs fonctionne correctement aujourd’hui et nous ne remettons pas en question l’augmentation de la fréquentation même si celle-ci paraît plus due à l’augmentation de la population.

Le point positif de ce mandat est sans conteste l’effort effectué sur les bâtiments dédiés à ces différents dispositifs. La politique  enfance jeunesse de la commune montre toutefois un manque d’innovation, une gestion opaque, et le sabordage d’une des associations les plus dynamique de la commune, pourtant gérée, à une époque, par l’actuelle adjointe à la jeunesse.

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Enfance - jeunesse
commenter cet article
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 16:51

L'école est le lieu où se transmettent les savoirs. L'école est le creuset où se forment les futurs citoyens. Faire de l'école la priorité est la seule réponse possible.

 

 Dans notre commune, comme dans toutes les communes de France, le Maire assure donc l'accueil des enfants du groupe scolaire Maxime Marchand et de l'école maternelle Les Lutins. La municipalité doit répondre aux besoins en termes de locaux, de matériel nécessaire au fonctionnement, de personnel d'entretien.

 

 L'État, pour sa part, recrute le personnel enseignant, ouvre et ferme des classes au vu des effectifs et de la politique qu'il mène dans ce domaine. Il n’aura échappé à personne que la politique actuelle est plus à supprimer des postes qu’à en octroyer.

 

 Les municipalités qui se sont succédées depuis plus de 50 ans n'ont eu de cesse d'améliorer l'accueil des enfants en créant de nouveaux espaces. Ainsi le groupe scolaire Maxime Marchand a bénéficié de deux restructurations lourdes (1993 et 1999) pour l'amener à son organisation actuelle (12 classes dont une en prévision d'une augmentation d'effectifs). L'école maternelle a connu une extension importante en 1983 puis une sixième classe en 1997.

 

La municipalité actuelle a, vous l’avez remarqué, hypothéqué tous les terrains disponibles. Son objectif : atteindre les 4500 Archépontains. A ce jour, la population avoisinerait les 4000 habitants.

On peut toutefois se demander si l'école est vraiment sa priorité.

 

Gérer une commune c'est, à partir d'un projet clair pour les habitants, hiérarchiser les priorités et faire des choix en adéquation avec ce projet. Depuis six ans les habitants essaient vainement de décrypter, à partir d’actions menées, le contenu du projet et les priorités arrêtées par l'équipe en place. Les conclusions sont sévères. Nos élus n'avaient pas de projet précis et il est clair que l'école n'est pas leur priorité.

 

La maternelle Les Lutins qui accueille près de 30 enfants par classe aurait dû bénéficier d'une restructuration lourde comprenant : 

 - une réflexion globale intégrant les 220 mètres carrés de l'étage 

 - la création d'une 7e classe 

 - la création de nouveaux dortoirs et des sanitaires ; l'agrandissement de la cour 

 - la création d'un nouveau préau 

 - une nouvelle répartition des espaces jeux intérieurs    

De tout cela, il n’en a pas été question et le budget 2007 le confirmera dans quelques jours.

 

Comment se déroulera la rentrée? Il y a bien une ouverture de poste mais pas en maternelle où le besoin se situait mais en primaire alors que les effectifs y sont plus que raisonnables. Pourquoi, tout simplement parce que nos élus font ainsi l'économie d'une restructuration de la maternelle!

Il existe en primaire une classe disponible. Donc, les enfants de la maternelle iront a la grande école un an avant dans une classe section enfantine / cours préparatoire.Terminée pour eux l'organisation ludique de l'école maternelle que l'on nous envie dans le monde entier, où tout est fait pour favoriser le développement harmonieux de l'enfant, où on a le temps pour vivre des moments privilégiés!

Qu'en pensent les parents? Comment vont-ils réagir face à cette gestion comptable de leurs enfants? Il faut comprendre aussi que les effectifs de l'école maternelle amputés d'une quinzaine d'élèves ne justifieront plus jamais la création d'une 7ème classe. Pourquoi ce mauvais coup fomenté par le Maire?

Vouloir des nouveaux habitants et ne pas faire de l'accueil de leurs enfants une priorité relève d'une contradiction difficile à comprendre ou alors il règle des comptes … mais avec qui?

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Enfance - jeunesse
commenter cet article
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 21:37

Faire de notre commune une ville attractive passe par un projet clair et des objectifs précis.

Assurer la reconversion des sites et des friches industrielles, mettre un frein à la spéculation immobilière, favoriser la reprise de fonds de commerce vacants pour éviter qu’ils ne se transforment en logements, maintenir une activité commerciale et artisanale forte, telles sont nos priorités pour éviter que notre commune se transforme en cité dortoir.

 La ville devra bien sûr tisser des liens étroits avec les commerçants de la commune. Elle devra encourager toutes les bonnes volontés qui voudront faire vivre une union commerciale. On a trop tendance à considérer les commerçants comme des privilégiés qui gagnent très bien leur vie. Dans nos petites communes, ce n’est pas souvent le cas et tout doit être fait pour maintenir notre centre ville et l’étoffer. Il est créateur de lien et sans ce lien, une commune meurt.

 

Une réflexion devra être menée avec les commerçants du marché.Ils sont nombreux à avoir quitté notre marché sans être remplacés. Les emplacements disponibles sont de plus en plus nombreux alors qu’à une époque il était impossible d’y trouver un mètre de libre. Le marché est un élément indispensable à la vie de Pont de l’Arche. Il n’est pas accessoire et on vient souvent de loin pour une promenade dominicale. Les commerçants abonnés ont vu leur droit de place augmenter de prés de 30% ces dernières semaines. La ville a en effet répercuté une partie des investissements réalisés rue Jean Prieur sur la société qui gère le marché, laquelle s’est empressée de faire payer les non sédentaires.

Mais au-delà des tarifs, une concertation large doit traiter la desserte du marché, son organisation, sa cohérence et pourquoi pas à terme, la création d’un marché saisonnier.

 

Mais c’est certainement dans le domaine de l’artisanat que notre commune a une carte à jouer. La création d’un centre d’artisanat permettrait de conforter les offres existantes et de développer de nouvelles propositions. En matière de tourisme, une spécialisation de notre commune dans ce domaine trouverait un écho très favorable.

Cette activité pourrait être associée à un centre de formation de l’artisanat qui permettrait de palier au manque de main d’œuvre dans un certain nombre de professions, d’assurer des reconversions ou pourquoi pas de faire naître des vocations.

 

Autant de propositions et de thématiques dont nous vous proposons de débattre. N’hésitez pas à vous exprimer.

 

Repost 0
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 21:33

Les 6 années qui viennent de s’écouler ont montré combien notre commune comme beaucoup d’autres était vulnérable.

En 6 ans, la ville a perdu près de 200 emplois et deux entreprises importantes, HOYA et JAUNEAU. La société BRIOT a réfléchi à un déménagement pour finalement rester sur la commune mais en licenciant. Quant à la dernière entreprise de chaussures de la commune MARCO , les mois qui viennent seront déterminant pour la survie de son activité.

Les effets sont terribles. Pour les salariés tout d’abord et leurs familles qui peinent à retrouver un emploi par manque de qualification, de mobilité ou tout simplement par manque de propositions. Pour le tissu économique de la commune qui sera fragilisée, à commencer par les commerçants et artisans. La ville quant à elle a amorti le choc, la taxe professionnelle est perçue par l’agglomération, celle-ci reversant chaque année une dotation de compensation invariable, qu’une entreprise s’installe ou quitte la commune.

Les moyens d’action de la municipalité face à une telle situation  Comment nos élus ont-ils réagi lorsqu’ils ont été confrontés à ces drames ?

 

 

Certes, le Maire et les conseillers municipaux peuvent difficilement empêcher une fermeture d’usine, mais ils ont le devoir d’imaginer l’activité économique de leur commune, d’ouvrir de nouvelles voies, de traiter les friches industrielles, de rendre notre commune attractive, tout simplement pour palier au désert économique et empêcher que notre commune ne devienne une cité dortoir.

C’est justement ce que nos élus n’ont jamais fait malgré le formidable outil qu’est la communauté d’agglomération Seine Eure. Rappelons qu’une de ses compétences obligatoires est  le développement économique.

Pour toute réponse, le Maire a organisé l’implantation du Mutant, ce qui a eu  pour effet de créer quelques emplois mais fragilise un peu plus les commerces du centre ville. L’offre de grandes surfaces et de hard discount était déjà importante dans le secteur (12 dans un rayon de 10kms)

Bons sentiments, entêtement ou indifférence face à ces suppressions d’emplois successives ? Il est temps que notre commune ait une politique volontariste dans ce domaine.

Repost 0
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 21:27

 Questions d’avenir s’est toujours positionné comme une force de propositions. Bien sûr l’absence d’opposition au sein du conseil municipal nous a poussés à alerter les habitants sur les décisions qui nous paraissaient nuisibles à l’intérêt de notre commune, mais toujours en réfléchissant aux solutions alternatives.  

Cette réflexion a été conduite avec l’ensemble des membres de l’association. Certains points sont  encore en débat. Mais aujourd’hui, et à moins de quinze mois des élections municipales, c’est avec l’ensemble de la population que nous souhaitons partager et débattre de ce projet.

C’est l’objectif du supplément « Droit de cité, le projet » que nous avons publié dernièrement. Chaque numéro publié portera sur un domaine précis de la vie de notre commune, ce mois-ci, le développement économique. Un état des lieux vous sera présenté, des objectifs à atteindre et des propositions concrètes vous seront présentées dans chaque numéro. Cette méthode vous permettra de réagir, de contester, de proposer.

Vous pourrez le faire par courrier, par mail ou en nous rejoignant le premier mardi de chaque mois lors de nos rencontres.

Ce blog est également en service afin de faciliter la discussion avec les internautes.

 

A nous de jouer pour faire de Pont de l’Arche, une ville à vivre !

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Citoyenneté
commenter cet article
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 21:20

Le ridicule ne tue pas… mais faites gaffe quand même M. le maire…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lancé en septembre dernier après 5 ans d’attente, le site Internet de la commune connaît une gloire sans pareille… et pour cause !

Le 8 février 2007 au matin, par exemple, la page d’accueil du site indiquait que 27 835 personnes l’avaient visité. Cela représente tout de même 4639 personnes par mois !Pas mal !   

Le problème pour la mairie de Pont-de-l’Arche c’est qu’il existe d’autres sites… et on peut comparer ! Le site de Louviers indique que 112 203 personnes l’ont visité depuis février 2000. Cela fait donc 1342 personnes par mois. Pont-de-l’Arche est vraiment meilleur ! Il y a 3,5 fois plus de visiteurs sur le site de Pont-de-l’Arche ! Alors qu’il y a presque 5 fois plus d’habitants à Louviers ! (19000 Lovériens pour 4000 Archépontains).   

Est-ce un effet de la séduction de M. Jachimiak ou d’un petit bidouillage de chiffres ?

 

 

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Divers et brèves
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 20:51

andr bimontDimanche 14 mai 2006, André nous a quittés, victime d’une longue et douloureuse maladie. Les dernières semaines de sa vie ont été un calvaire. Il en connaissait l’issue mais il avait une peur panique de souffrir.

 Sa disparition nous a bouleversés. C’est un enfant du pays qui nous a quittés. Il était aimé et estimé des nombreux habitants qui l’ont connu. Nous lui rendons aujourd’hui hommage, pour ce qu’il a été, ce qu’il a accompli, ce qu’il a cultivé.

 Il est né à Pont de l’Arche et il repose désormais à Pont de l’Arche. Il a aimé notre cité. Il savait tellement bien la raconter, nous faire partager ses grandes pages d’histoire : la guerre 39-45 vécue par le gamin qu’il était à l’époque, l’activité industrielle lorsque les usines de chaussures tournaient à plein régime, les mutations industrielles avec l’arrivée de la SICA, de Renault, puis la disparition progressive des grands noms de la chaussure, Prieur, Ouin, Nion, Morel. Il était intarissable sur ces sujets.

Sa vie était ici, avec Paulette sa femme, elle aussi, enfant du pays, sa famille, ses frères. Après 28 années de travail chez Renault où il a gravi de nombreux échelons, il a pris une retraite bien méritée. Il a choisi de mettre sa liberté retrouvée au service de la collectivité. Conseiller municipal de 1989 à 1995, il a pris des responsabilités d’adjoint de 1995 à 2001. Il a rempli ses missions avec passion et dévouement, soucieux en permanence du bien être de ses concitoyens.

 

 Travailler avec lui était un réel plaisir : toujours de bonne humeur, assidu, prenant très au sérieux ses engagements municipaux et politiques. Bien sûr il avait ses révoltes. Il ne supportait pas l’injustice, l’intolérance ou la trahison.

Tous ses amis savent combien l’amitié sincère comptait pour lui et n’avait pas de limite. Nous l’avons accompagné tout au long de cette épreuve douloureuse comme il l’aurait fait pour chacun d’entre nous.

Si l’heure est venue de nous quitter, André restera dans nos mémoires comme celui qui aimait profondément la vie et les êtres qui lui étaient chers et … les roses.

A sa femme, ses enfants et petits enfants qui comptaient tant et tous ses proches, nous adressons nos plus sincères condoléances. André nous manquera mais restera présent dans nos souvenirs et dans nos cœurs.

Questions d’avenir tient également à rendre hommage à Marguerite Niaux, disparue la veille de la nouvelle année. Son engagement associatif et sa bonne humeur en avaient fait une figure locale. Tous les membres de l’association présentent à Paul son mari et tous les membres de sa famille leurs sincères condoléances.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Clin d'oeil
commenter cet article