Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 20:35

La grande richesse de notre commune est sans conteste son histoire. Elle a un patrimoine culturel qui conjugue histoire et modernité.

 

Pont de l’Arche fut une forteresse. La ville est née après la construction des fortifications militaires bâties sur le territoire du village des Damps.  Pont de l’Arche c’est la convoitise des privilèges royaux sous l’ancien régime, la révolution française, l’Empire, la révolution industrielle avec le chausson et la chaussure, la guerre, les destructions et reconstructions. Toutes ces grandes périodes ont fait de Pont de l’Arche, une commune et une identité en Normandie.

 

A la lumière de ses mille ans d’histoire, notre commune doit avoir la volonté d’éclairer ces vestiges, d’entretenir les bâtiments et de développer des actions autour de ce patrimoine pour que les habitants comprennent l’histoire de leur commune et soient les héritiers de ce passé. Certes, la conservation historique demande un apport financier important mais il s’agit avant tout de volonté.

 

Il est triste de voir l’aménagement des bords de l’Eure se réaliser sans intégrer les vestiges de l’ancien pont et en supprimant la perspectives sur la rivière. Le projet aurait pu lier notre patrimoine, la nature et l’urbain.

 

Il est dommage que les panneaux assurant la promotion de notre ville soient laissés à l’abandon ou que l’Abbaye de Bonport ne soit pas mise en valeur, placée idéalement à l’entrée de Pont de l’Arche.

 

Mais au-delà de notre patrimoine, c’est tout le projet culturel de la commune qui est à réinventer. Le Maire a fait des choix, évincé les acteurs qui développaient depuis des années un maillage indispensable à toute politique culturelle.

 

Pour remplacer tout cela, aujourd’hui, on plaque des spectacles de la scène nationale,de qualité certes mais souvent onéreux, sans qu’aucun lien ou presque ne soit créé avec les habitants, les enfants des écoles ou du centre de loisirs.

 

 

La culture, c’est aussi le livre et la ville doit être innovante pour créer un lieu qui permettra à l’ensemble des habitants de la commune d’accéder à cet outil. L’association Bibliothèque pour tous doit être confortée dans sa mission et associée au projet.

 

L’école de musique doit aussi jouer un rôle primordial dans la politique culturelle de la ville. Elle représente un effort financier important dans le but de la rendre accessible à tous. Après le départ de Bruno Sébire , plusieurs directeurs se sont succédés, sans pour autant réussir à renforcer son implication dans la vie de la cité.

La culture, c’est aussi l’animation dans la ville, et là c’est un constat d’échec cuisant. Tout ce qui tournait autour de la fête, qui réveillait l’imagination des habitants, les faisait se rencontrer, attirait une population extérieure et renforçait l’identité communale, tout cela s’est éteint et sera à reconstruire.

L’agglomération aura certainement un rôle à jouer et il est urgent de définir si la CASE doit se doter de la compétence culturelle mais il faudra avant tout avoir envie de créer un projet qui rassemblera l’histoire, le présent et l’avenir de notre commune.

 

 

La culture telle que nous la concevons doit être participative. Le public, le visiteur, le lecteur, doivent être acteurs et non pas des simples consommateurs d’un produit culturel.  C’est notre ambition, celle que nous vous proposerons de partager.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Education & culture
commenter cet article
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 15:43

 Le Maire et son équipe ont fait des choix d’investissement depuis 2001, mais aussi dans le fonctionnement de la collectivité. Des choix qui s’avèrent très discutables ...

  

 En décidant de municipaliser le centre de loisirs et de briser une vie associative intense, le Maire avait-il pris en considération l’augmentation du coût de ce service que cette décision allait entraîner ? On pourrait se poser la même question pour la restauration municipale ou pour certains investissements. En effet, l’équipe municipale avait-elle intégré la charge financière en terme d’entretien paysager du parc ludique de la Pommeraie ?

 

Un certain nombre de charges nouvelles sont apparues avec les choix de la municipalité depuis 2001, sans que celles-ci aient été finement évaluées. L’évolution de la masse salariale en est l’illustration parfaite, avec une augmentation de 30% de 2002 à 2005 ! Globalement, c’est tout le budget de fonctionnement communal qui se trouve gravement alourdi : plus  600 000 euros entre 2002 et 2005.

On croît rêver ! Qui n’a pas entendu le Maire se justifier sur l’augmentation des impôts locaux, car Pont de l’Arche perdait des recettes importantes. Alors comment dépenser plus quand on perd des dotations ?

 

On pourrait aussi parler de la dette de la commune qui selon Dominique Jachimiak est en diminution « grâce à une gestion rigoureuse ». Il oublie juste de dire que 14 prêts contractés par les municipalités précédentes sont tout simplement arrivés à extinction. Il ne parle pas des emprunts que lui et son équipe ont contracté pendant six ans, soit presque 1,5 million d’euros.

 

 

Enfin, nous pourrions parler de la dotation de compensation versée par la CASE, fixée à l’entrée de Pont de l’Arche dans la communauté de communes et qui ne varie pas. Le maire le déplore car dit-il les bases de taxes professionnelles évoluent chaque année. Pourtant en l’absence de cette allocation, le budget de la ville aurait été mis à mal avec la disparition de Hoya et de Jauneau.

 

Nous aurons l’occasion de revenir sur les orientations 2007 et la façon dont le Maire fera parler les chiffres qui seront à n’en pas douter « tout à son honneur ». Mais rassurez-vous, l’année préélectorale a ceci de positif : vos impôts ne devraient pas augmenter... cette année.

 

 

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Finances publiques
commenter cet article
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 15:34

Edito du Droit de cité N°24

Dans moins de 15 mois, chacune et chacun d’entre nous sera amené à réélire le conseil municipal. Ce n’est un secret pour personne, Questions d’avenir compte bien jouer un rôle dans ce scrutin et prépare activement ce rendez-vous.

Le bilan de l’action municipale passera nécessairement par une évaluation de la politique menée depuis 6 ans et des résultats obtenus.

Car tout projet vise un objectif. L’argent des contribuables investi, le coût de fonctionnement de la structure ou du service, l’activité générée, tout cela doit être clair pour les habitants. Par exemple, le champignon construit sur les piles de l’ancien pont. Est-ce normal que les habitants se demandent à quoi cela va servir ? que les enfants, naïvement, attendent la construction de l’autre moitié ? Que le coût de l’opération ne soit pas clairement affiché ? C’est don un bilan objectif que nous réclamons pour que le rendez-vous de 2008 soit utile à notre commune.

Les électeurs auront ensuite à se prononcer sur le bilan de l’équipe sortante et sur le projet élaboré par l’équipe issue de notre association et réfléchi depuis 6 années.

L’évaluation que nous proposons à travers les différents numéros de Droit de Cité a permis tout au long de six années de faire vivre le débat, quoique le Maire en dise. Il avait lui-même regretté le manque d’opposition au sein du Conseil municipal, elle s’est installée dans la rue.

Mais c’est justement parce que Questions d’avenir n’a jamais voulu pratiquer une opposition bête et méchante, comme l’avait fait l’Arche expression en son temps, que toute l’équipe, renforcée ces derniers mois par d’anciens et des nouveaux habitants, a travaillé sur un projet que nous sommes désormais prêts à vous présenter.

Ce projet, vous le découvrirez tout au long de l’année 2007. Vous pourrez y apporter des contributions en participant à nos rencontres le premier mardi de chaque mois ou tout simplement en nous faisant part de vos commentaires par courrier ou par mail.

Enfin, Questions d’avenir a mis en ligne depuis la fin de l’année 2006 un blog qui permettra d’échanger plus facilement sur l’avenir de notre commune.

Cette année 2007 sera chargée avec notamment deux rendez-vous électoraux majeurs. L’élection présidentielle le 22 avril et 6 mai et les élections législatives les 11 et 17 juin prochains.

D’ores et déjà, je vous invite à prendre part aux débats et aux votes, pour ne laisser personne décider à votre place.

Nous avons toujours dénoncé l’absence de projet global dans la gestion municipale. Bien sûr, des actions sont menées, des choix sont faits, mais les habitants se posent souvent des questions : Pourquoi tel investissement, quelle en est l’utilité, nos élus ont-ils étudié les charges de fonctionnement induites, sur quel projet se rattache tel équipement ?

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Finances publiques
commenter cet article
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 19:25

Edito du Droit de cité N°23

 La rentrée politique s’annonce intense.

L’année 2007 sera celle de deux scrutins majeurs, les élections présidentielle et législative. Chaque période préélectorale voit resurgir des thèmes de campagne bien connus. Parmi ceux-là, la démocratie participative est une question récurrente.

Comment, en effet, amener les citoyens à être des acteurs de la vie publique, en mesure de s’exprimer ? A tous les niveaux, on cherche, ce qui pourrait être « la méthode miracle ». Encore faudrait-il accepter de perdre une partie de son pouvoir et c’est certainement là, le point de rupture.

En effet, le débat public suppose des opinions différentes, des méthodes opposées mais on ne peut  susciter le débat que si l’on accepte au départ, les règles du jeu .

 

 

A Pont de l’Arche, nous avons connu cette difficulté lorsque nos élus ont souhaité demander l’avis des Archépontaines et des Archépontains sur l’aménagement du parc ludique de la Pommeraie. Le jeudi, les élus réunissaient les habitants pour leur proposer un projet. Si celui-ci répondait en partie aux aspirations, des options différentes furent alors proposées aux élus. Le lendemain soir, ils votaient le projet en l’état sans rien modifier.

Cette recherche d’une plus grande citoyenneté passe aussi par les associations. Cette loi qui a plus de 100 ans permet un investissement de chacun au service de l’intérêt général et le développement de la vie associative doit être favorisé. Encore une fois, nos élus ont fait une mauvaise opération en mettant fin à la belle aventure du centre d’animation enfance jeunesse. Partout, on cherche l’investissement des familles. Dans notre commune, on les renvoie dans leurs foyers et on concentre le pouvoir à la maison blanche.

La démocratie participative c’est aussi l’engagement politique et syndical, c’est accepter le débat d’idées, c’est le respect de l’autre et de ses différences. C’est le respect des valeurs républicaines.

 

Dominique Jachimiak à tord de nous assimiler à des « professionnels de la politique » de la façon la plus péjorative. C’est manquer de respect aux nombreux militants qui donnent de leur temps bénévolement pour faire avancer leurs idées.

Questions d’avenir contribue au débat, les prochaines échéances municipales devraient nous donner raison. Il sera alors urgent de remettre la démocratie participative sur les rails.

 

 

 Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo amatvs

 Réagissez à cet article en cliquant sur "ajoutez un commentaire"

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Citoyenneté
commenter cet article