Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 11:04

Au mois d’août, nous profitons du calme traditionnel et de la pause estivale pour faire le point des affaires en cours. Et les dossiers qui attendront les élus seront nombreux à la rentrée…

M Real et l’emploi dans notre canton font partie des sujets qui restent cruellement d’actualité car après tant de combats, nous devons aboutir sur une solution pérenne.

 

MR4Nous l’avons déjà dit. Nous ne serons pas moins exigeants avec les pouvoirs publics parce que la couleur politique du gouvernement a changé. L’Etat a le devoir d’accompagner la réindustrialisation du site d’Alizay et tout aurait été plus simple si les décideurs d’hier n’avaient pas laissé faire « le scandale M Real » comme nous l’avons appelé.

A ce titre, nous devrons insister pour que le projet de loi retoqué par la droite en mars dernier soit effectif avec une majorité de gauche à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Car M Real est un cas d’école et nous craignons malheureusement que d’autres situations similaires à celle que nous avons vécue, puissent se reproduire. Interdire à un groupe de fermer un site industriel su un repreneur crédible propose une reprise et un maintien de l’emploi. C’est à ce prix que nous maintiendrons l’emploi et que nous le développerons dans notre pays.

François Loncle disait dernièrement dans la presse qu'il été hors de question de "lacher le morceau". Le texte a certainement besoin d'adaptation car il semble poser des problèmes juridiques mais il doit être voté et le Député en prend l'engagement. 

 

Le combat sera donc celui de faire aboutir la reprise du site car les repreneurs manifestent toujours leur intérêt pour le site d’Alizay qui sera certainement sur l’axe Seine, un pôle industriel majeur dans les prochaines années, si nous prenons la peine de travailler à son développement. Seuls, le port fluvial et la plateforme n’ont aucun intérêt, mais couplés avec une industrie performante, plusieurs centaines d’emplois pourront alors être créées.

L’organisation territoriale aura un impact fort sur les projets d’avenir et le territoire d’Alizay intégré demain dans le pôle métropolitain sera un atout indéniable à la réussite du projet.

Repost 0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 09:47

imagesNous suivons depuis plusieurs semaines maintenant la crise grave qui touche la Presse Quotidienne Régionale. Paris Normandie et les titres Haut –Normands (Havre Presse, Havre Libre, Le Progrès de Fécamp, Liberté Dimanche) sont menacés de disparition si une offre de reprise n’était pas formulée auprès du tribunal de commerce.

Le groupe Hersant Média fait payer aux 365 salariés de Paris Normandie sa stratégie ou plutôt son absence de stratégie dans un secteur qui évolue chaque jour à la vitesse de la lumière avec l’apparition des nouveaux médias. En effet les ventes de Paris Normandie ont baissé de 25% depuis 2006. Les pertes nettes ont été évaluées à 25.5 millions d’euros l’an dernier.

 

Paris Normandie devrait survivre

Vendredi 20 juillet, au Tribunal de commerce du Havre, le procureur s'est prononcé en faveur de l'offre de reprise par Xavier Ellie et Denis Huertas, ancien dirigeants du « Dauphiné Libéré » et du « Progrès ». La décision du Tribunal a été mise en délibéré jusqu'au mardi 24 juillet à 12 heures.

C’est selon toute vraisemblance, la décision qui devrait être prise aujourd’hui pour une prise d’effet dès le 1er août. S’en suivra une réorganisation dans les effectifs de la société et un plan de départ volontaire a déjà été mis en place. La proposition formulée par les deux hommes de presse était la mieux distante socialement avec 85 suppressions de postes.

 

Une journée cruciale au le tribunal de commerce

Ce mardi 24 juillet est décidemment une journée importante pour l’industrie Haut-Normande puisque c’est à 14h, au même tribunal de commerce que seront étudiées les offres de reprises pour la raffinerie de Petit Couronne dont l’activité a repris depuis quelques semaines. Un contrat de 6 mois seulement mais une perspective qui donne de l’espoir aux 550 salariés.

Repost 0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 10:51
Repost 0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 10:45

On pourrait discuter longuement de sémantique. Fallait-il nommer le Ministre de l’industrie, Ministre du Redressement Productif ? L’avantage avec ce nom, c’est que l’objectif est affiché : le redressement.

Pour notre part, nous choisissons d’ailleurs de parler d’Alizay et plus de M Real.

M Real, c’est le passé et nous sommes intéressés par l’avenir.

 

Avec la fin du débat présidentiel, le combat pour l’emploi ne s’est pas arrêté dans notre canton et le collectif poursuit ses travaux aux cotés des membres de l’intersyndicale. Des manifestations d’ampleur devraient d’ailleurs rappeler à tous prochainement que la lutte continue.

Car dans quelques jours, l’Etat signera avec les dirigeants finlandais la convention de revitalisation du site âprement négocié et qui doit conduire à la création de 390 emplois. Le document prévoit toutes les modalités de suivi de cette convention, la participation financière de M Real, les engagements annexes du groupe comme notamment la cellule mis en place pour travailler sur la reprise.

 

L’objectif est donc aujourd’hui de s’assurer d’une reprise effective du site et preuve que le site présentait un intérêt avant le PSE, les repreneurs potentiels sont toujours présents même si les conditions ont aujourd’hui changé.

Le papier bien sûr, cœur de l’activité du site, l’énergie verte avec la chaudière, la création de biocarburant, solution d’avenir, le développement du port fluvial, tous ces projets sont aujourd’hui étudiés avec la plus grande attention. Nous devrons être néanmoins attentifs aux vautours qui tournent autour du site et qui attendent une mort définitive pour, toujours et encore, en faire de la ferraille et de l’argent.

 

Enfin, il y a la responsabilité de celles et ceux qui l’ont voulu et il n’ya pas de raison d’être plus indulgent aujourd’hui qu’hier.

Nous l’avons dit, l’objectif est annoncé : le redressement. C’est dans ce sens et en respect des engagements pris que Richard Jacquet a écrit dernièrement au Président de la République et à son nouveau Ministre, Arnaud Montebourg.

La responsabilité, c’est aussi celle de nos représentants à l’Assemblée Nationale et François Loncle suit ce dossier quotidiennement et depuis de longs mois comme nos élus régionaux et nous savons l’investissement de Guillaume Bachelay, notamment dans ce dossier, soutenu par Alain Le Vern.

 

Enfin, il y a les élus locaux et nous pensons que nous devrons mettre toutes les chances de notre coté pour réussir ce grand projet de redressement.

Aussi nous répétons que plus l’organisation de notre territoire sera cohérent, plus nous avancerons rapidement. C’est la question de l’intercommunalité et de la structure qui sera en mesure de porter un projet sur le territoire. Croire que Seine Bord pourra assumer seule les aménagements qui seront nécessaires est une gageure. Avec une intercommunalité nouvelle, née de la fusion de la CASE et de Seine Bord et avec le Pôle Métropolitain récemment constitué, nous faisons un pas de plus vers nos objectifs : la réindustrialisation et l’emploi.

Repost 0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 14:52

Le vendredi 30 mars, près de 500 personnes étaient réunis devant les grilles de l’entreprise. Dernière journée pour tous les salariés.

Tous étaient venus se dire au revoir. Les anciens de M Real étaient là aussi, les élus du secteur, les représentants de partis politiques, tous les membres du collectif entouraient l’intersyndicale pour cette journée particulière.

Car si la mobilisation fait toujours plaisir à voir surtout après autant de mois de combat pour la sauvegarde de l’emploi, tous avaient en tête la lettre recommandé qui les attendait cette semaine dans leur boîte aux lettres.

Cette lettre, nous nous sommes tous battus pour qu’elle n’arrive pas mais le pouvoir Finlandais et certainement celui de l’argent aura été plus fort… pour l’instant !

 

IMG00077-20120330-1229.jpgThierry Philippot, Eric Lardeur, Jean-Yves Le Mahieu, entourés de tous leur collègues ont prononcé des mots difficiles mais nécessaires et comme d’habitude se sont refusés à toute résignation car les accords signés sont là et ils doivent maintenant devenir réalité.

L’objet, la réindustrialisation du site, tout de suite et la création d’un nombre d’emploi significatif. C’est ce sur quoi s’est engagé l’actionnaire finlandais en acceptant de revendre le site une fois le PSE terminé et il doit, de toute urgence, tenir ses engagements.

Les élus ont réaffirmé leur soutien aux salariés et même si les murs de l’usine ne résonnent plus du bruit des machines, le collectif doit poursuivre son action et aller jusqu’au bout du combat.

Il appartient plus que jamais à l’Etat et à ses représentants dans notre département de s’assurer de la suite et d’imposer des objectifs chiffrés à M Real.

Et alors, nous pourrons nous retrouver devant l’usine, avec le sourire et la fierté d’avoir rendu aux salariés un emploi et des perspectives de vie.

En attendant cela, beaucoup réfléchissent à leur avenir. Certains vendront leur maison et partiront pour d’autres régions, là où ils pourront retrouver un emploi, d’autres s’engagent déjà dans des formations, dans des reconversions…

Nous continuons à nous battre pour vous et même si tous ne reviendront pas, nous irons jusqu’au bout de ce combat et nous savons que tous regarderont, de là où ils seront, l’avenir d’un site dans lequel tous croyaient.

Repost 0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 15:15

SEALYNX_LICENCIEMENT.jpgLe dossier de la réindustrialisation de la vallée de l’Andelle est un dossier prioritaire de l’Etat qui met en place depuis peu un arsenal qui devra montrer son efficacité.

Mais avant de parler de réindustrialisation, nous devons à tout prix éviter la désindustrialisation !

L’entreprise Sealynx est un sous traitant du secteur automobile qui produit des joints d’étanchéité. Sa production est pour une très grande partie (85%) destinée à Renault. PSA représente 10% de la production.

 

L’entreprise auparavant, appelée Metzeler, s’est séparée de plusieurs de ses activités en 2007. Elle comptait alors 970 salariés.

Renault, pour qui cette entreprise est stratégique, a favorisé la mise en place d’une nouvelle entité devenue Sealynx. L’entreprise a connu des difficultés importantes et a connu un PSE qui a amené les effectifs à 720 salariés. Sealynx a été placée en redressement judiciaire en décembre 2010 avant d’être reprise par l’indien RUIA en mai 2011. Renault a, là aussi, accompagné cette reprise en versant 5 millions d’euros à l’industriel indien. RUIA s’est très vite envolé avec l’argent et depuis Octobre 2011, Sealynx/Ruia est à vendre.

 

A ce jour, ils sont encore près de 500 à travailler pour ce poumon économique de la vallée de l’Andelle, même s’il est sous respirateur artificiel !

L’activité est viable et l’entreprise possède de véritables atouts à commencer par sa capacité d’innovation, son expertise et sa maitrise des procédés et il ne manque aujourd’hui qu’un repreneur solide avec là aussi, un projet industriel pour investir, moderniser et donner toutes les chances à cette entreprise de vivre et de se développer.

 

La responsabilité de Renault vis-à-vis de Sealynx est lourde et illustre parfaitement le comportement du premier constructeur Français à l’égard de ses sous-traitants. Sealynx, par ailleurs, reste un maillon stratégique pour Renault, d’où son investissement dans les plans de reprise successifs et encore aujourd’hui, où les dirigeants de Renault participent au suivi mis en place par le Préfet de l’Eure, dans un dossier devenu très sensible pour tous.

 

Plusieurs repreneurs se sont manifestés depuis plusieurs semaines, mais nous devrons être vigilants, aux coté des syndicats pour s’assure qu’il ne s’agira pas de venir vider le carnet de commandes pour un autre site et par la même occasion les salariés de leurs usines ! Encore une fois, il semble que Renault tienne le scénario entre ses mains.

 

Le scénario à privilégier devra être celui qui conjuguera les éléments convergents à savoir : la sauvegarde de l’emploi, un projet industriel cohérent accompagné de garanties financières et sociales et la réévaluation du prix des pièces produites.

Sans ces garanties, il revient à l’Etat de négocier pour qu’avec l’appui du Fond de Modernisation des Equipementiers Automobiles, et prioritairement avec Renault, pour que Sealynx devienne une filiale du constructeur.

Repost 0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 14:38

BANDEAU-CHAUSURES-2012.jpgProchaine vente d’usine…

Vendredi 30 et samedi 31 mars 2012

Le Made in France, c’est chez Marco

Repost 0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 09:50

VAE.jpgVotre expérience vaut de l’or et dans un marché de l’emploi tendu, toutes les idées sont bonnes à prendre.

C’est ce que propose la ville de Pont de Pont de l’Arche en partenariat avec la Maison de l’Emploi et de la Formation. Une soirée rencontre pour expliquer le principe de la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience).

Que vous traversiez une période de chômage et que vous souhaitiez changer d’activité professionnelle, quelque soit votre statut, vous pourrez rencontrer celles et ceux qui pourront vous guider dans la démarche et vous apporter un accompagnement personnalisé.

La soirée devrait être propice aux échanges avec des témoignages de celles et ceux qui se sont déjà lancés dans cette démarche.

 

Rendez-vous le jeudi 29 mars de 17h à 19h30, Espace des Arts'Chépontains, Pont de l’Arche

Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 09:29

Communiqué de Richard Jacquet, secrétaire fédéral aux entreprises, Maire de Pont-de l'Arche et Marc-Antoine Jamet, premier secrétaire de la Fédération du Parti Socialiste de l'Eure et Maire de Val-de-Reuil :

 

Au lendemain de la venue de François Hollande auprès des salariés de l’usine M-Real à Alizay, Une réunion-surprise et à huis clos a été convoquée par Bruno Le Maire, ministre de l'agriculture. Le ministre serait-il en campagne pour assurer sa survie électorale ?

 

Bruno Le Maire a convoqué ce midi, en urgence, les représentants de l’intersyndicale M-Real ainsi que Denis Beauséjour, le directeur de l’usine, pour évoquer la réindustrialisation du site. Quel dommage qu'il n'ait pu se libérer pour être, comme nous, à M-Real hier avec François Hollande et les ouvriers de l'usine de papier. Profitabilité du site, compétence des salariés, projets écologiques, viabilité des repreneurs, tout a été dit. Sans doute le ministre de l'agriculture, reconverti dans l'industrie, voulait-il puiser en cinq minutes quelques idées que son collègue Eric Besson, en cinq ans, n'a pas eues. Moins de 24 heures après sa venue dans l'Eure, l’utilité de la visite du candidat socialiste n’est donc plus à démontrer… ! Nous nous en réjouissons, même si nous regrettons qu’aucun élu, singulièrement aucun élu de Gauche, n’ait été convié par le Ministre de l’agriculture qui doit avoir perdu son carnet d'adresses. 

 

La force de la mobilisation pour soutenir les salariés de M-Real tient pourtant, d’abord au courage et au travail des représentants de l’intersyndicale à qui il faut rendre hommage, ensuite à l’esprit collectif dans lequel ce combat est mené depuis l’origine, dans l’intérêt des salariés, au-delà des rivalités. C’est la caractéristique de ce mouvement. C’est l’attitude qui doit être préservée. Ce sera la nôtre, ce soir, au comité de suivi qui unit salariés, syndicats et élus depuis des mois. Il est dommage qu'un ministre de la République, fût-ce pour encore à peine deux mois, puisse l'oublier.

Repost 0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 10:36

DSC00808Mercredi 15 février, François Hollande en marge de son déplacement au Zénith a répondu à l’invitation des salariés de M Real.

 

Pour le candidat Socialiste, il était capital de venir visiter le site d’une entreprise dont il entend parler depuis plusieurs mois, notamment de la part de Guillaume Bachelay, Conseiller régional et de Laurent Fabius qui avait visité l’usine au mois d’octobre dernier à la veille de la Porte Ouverte.

Parce que pour lui et comme il l’a redit dans son discours au Zénith, l’exemple de M Real est symptomatique du mal qui ronge l’industrie française depuis des années et qui a fait perdre plus 400 000 emplois industriels en 5 ans.

 

DSC00861Une rencontre d’une heure, sous haute surveillance et avec une nuée de journalistes qui a d’abord permis à l’intersyndicale de présenter la situation et les derniers éléments d’informations, notamment concernant le plan de ré-industrialisation. La visite s’est poursuivie avec un passage dans l’usine pour découvrir une des 3 plus importantes machine d’Europe.

 

François Hollande a apporté un soutien total aux salariés et notamment dans la perspective de ré-industrialisation, si je suis à vos coté au mois de mai a-t’il précisé. Il a par ailleurs insisté sur la nécessité de faire évoluer la loi, en permettant, quand une entreprise souhaite partir, une garantie de vente de l’outil industriel. Plusieurs députés, dont François Loncle, travaillent à l’élaboration d’un projet.DSC00850

Repost 0