Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 10:06

mreal photo 1Ils étaient près de 300 ce matin pour une action symbolique au rond point de M Real.

Tous étaient venus dire leur exaspération devant la situation terrible de M Real.

Symbolique, car c’est au même moment qu’à Paris se joue une nouvelle manche du bras de fer qui oppose la direction de M Real… à toutes celles et tous ceux qui se battent pour la sauvegarde du site d’Alizay.

A l’heure ou nous écrivons ces lignes, les échanges durent certainement encore. Le PDG Finlandais est arrivé à Paris. Il doit rencontrer le Ministre de l’Agriculture et Conseiller régional, Bruno Le Maire, puis les représentants syndicaux.

 

Car aujourd’hui, l’Etat doit montrer sa détermination dans ce dossier. François Loncle député de l’Eure a d’ailleurs interpellé le Premier Ministre hier à l’assemblée :

 

« Décidément, Monsieur le Premier Ministre, l'industrie en France est à la peine.

M-real, groupe finlandais, possède une usine de pâte à papier et une autre de fabrication de papier située en vallée de Seine, dans la commune d'Alizay.

Ce site industriel vital pour l'axe Seine, l'un des projets du Grand Paris, est menacé de fermeture. Les salariés de l'entreprise, les syndicats, les élus du territoire se battent, depuis des mois, pour sauver ce qui était jusqu'alors un fleuron de l'économie régionale. Francois Loncle

 Les pouvoirs publics sont intervenus, notamment la Préfète et le Commissaire à l'Industrialisation. Mais le groupe finlandais agit avec une absence totale de transparence. A la vielle d'une décision grave, deux groupes industriels, un français et un thaïlandais, et un groupe financier allemand, se sont manifestés pour une reprise du site.

Monsieur le Premier Ministre, il est urgent que le Gouvernement mette tout en œuvre pour éviter la fermeture, faciliter et organiser la reprise, utiliser plus largement le fonds stratégique d'investissement et aider à la diversification du site, comme s'y est engagée la région Haute-Normandie. Ce sont 400 salariés et 500 autres en aval de l'entreprise qui sont concernés, menacés, mais qui espèrent encore. » 

Repost 0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 09:25

Tout faire pour sauver le savoir-faire et l'emploi à M-Real

 

Les jours qui viennent vont être décisifs pour l'avenir de l'entreprise M Real à Alizay et ces 330 salariés. Jean Louis Destans, Président du Conseil général de l'Eure, demande instamment à Mikko Helander, PDG de M-Real, de ne pas sacrifier l'entreprise et le savoir –faire industriel qu'elle représente. "En économie, c'est comme dans la vie, il doit y avoir une morale. Les salariés de M-Real se sont toujours engagés pour leur entreprise, ils sont une référence en matière de qualité, de professionnalisme. Si M-Real doit se retirer, il est indispensable qu'aboutisse  un vrai projet industriel qui préserve l'emploi, le tissu local et le site".

 

Le Conseil général a toujours répondu présent aux sollicitations de l'entreprise et de ses salariés, finançant notamment récemment avec la Région une étude sur la diversification du site. L'avenir de M-Real doit être un sujet de préoccupation majeur pour tous, et notamment pour l'Etat qui a pris des engagements et qui ne peut renoncer. Mercredi, un rendez-vous important intervient entre Mikko Helander et Bruno Le Maire, Ministre de l'agriculture, puis entre Mikko Helander et les représentants du personnel. Pour Jean Louis Destans, comme pour de nombreux observateurs, c'est l'heure de vérité : "Soit M-Real confirme la reprise du site par un repreneur solide, qui préserve l'outil, soit M-Real doit renoncer à fermer le site et doit réfléchir à une autre solution. Toute autre hypothèse serait inacceptable et ne sera pas acceptée."

 

Jean Louis Destans sera attentif aux résultats des différents entretiens qui interviendront ce mercredi. Il soutient les salariés dans leur combat et ira à leur rencontre cette fin de semaine si la situation devait le nécessiter.

Repost 0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 09:22

IMG00173-20111003-1222La semaine est cruciale pour les salariés de M Real.

Depuis plusieurs mois, la direction finlandaise du groupe a donné deux options pour l’avenir du site : la fermeture totale du site ou la vente.

Les syndicats en tête, les élus, les partis politiques, mais aussi les collectivités, Région, Département et bien sûr l’Etat travaillent à la reprise du site, échangent des informations et favorisent les discussions entre tous les acteurs du dossier avec plusieurs objectifs : assurer un avenir au site d’Alizay et pour le faire, le repreneur doit avoir un projet industriel pérenne et maintenir tous les emplois.

 

C’est aujourd’hui trois groupes qui sont sur les rangs.

Oui, le site d’Alizay et le marché du papier à un avenir. Les candidats le disent et ils sont prêts à rendre productif un outil industriel extraordinaire.

La direction de M Real, de son coté, semble vouloir amorcer le processus de fermeture du site. Véritable volonté et stratégie de l’échec ou éléments de négociation dans les discussions que la direction a aujourd’hui avec ces trois groupes, les dernières annonces ont fait l’effet d’une bombe lundi auprès des salariés.

 

Mercredi 5 octobre, Mikko Helander rencontrera le Ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire. Les syndicats rencontreront également le PDG finlandais à Paris.

Pendant ce temps, les salariés feront entendre leur voix, leur impatience et leur envie d’avenir dans notre canton. Ils seront présents à partir de 8h au rond point d’Alizay. Nous devons tous les accompagner pour leur témoigner notre soutien dans cette dernière ligne droite.

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 20:25

Le collectif pour la sauvegarde de l'emploi chez M Real vous donne rendez-vous :

le jeudi 30 juin sur le site avec la participation de salaries des entreprises papetieres
francaises:


12h à 15h: Barbecue solidaire géant avec prise de parole
15h à17h: Manifestation dans les rues du canton jusqu'à Pont de l'Arche (départ sur le site de M Real)

Repost 0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 18:35

Viveco2.jpg

Repost 0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 13:00

15h45 : Devant les portes de M-REAL, les ouvriers se réunissent peu à peu. Ils ont décidé de covoiturer

ou d’attendre le bus d’Alizay qui passera dans quelques minutes.

 

16h15 : Tout le monde est en route pour Evreux. Un fourgon de la gendarmerie attend dans un virage

comme pour mieux évaluer le nombre de manifestants… la Préfecture s’inquiète.

 

17h00 : Devant le parking du Bel-Ebat, 150 salariés prennent la direction de la Préfecture où doit se

dérouler la première réunion du comité de suivi - Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Agriculture, ayant

refusé l’appellation du comité de vigilance… - et pourtant, il s’agit bien de cela.

De nombreux élus de toute la région ont rejoint les salariés.

 

17h15 : Madame la Préfète accueille la délégation de représentants syndicaux, d’élus et de représentants

de partis politiques. La presse est admise à rester quelques minutes pour immortaliser le moment, puis les discussions débutent à huis clos.

 

17h30 : La rencontre pourrait se terminer… Les 5 représentants de l’Etat présent n’ont pas grand-chose

à dire. Les banalités témoignent de l’état d’avancement zéro. Alors la situation s’inverse. Ce sont les représentants syndicaux qui commenteront les informations qu’ils auront réussi à glaner…

On marche sur la tête.

La représentante du Ministre de l’Agriculture, à droite de Madame la Préfète, se tait, prend quelques

notes. Soit elle a eu la consigne de se taire, soit elle n’a rien à dire. Dans les deux cas, on croit rêver.

Malgré tout, chacun prend la parole et évoque un formidable outil industriel. Alizay borde la Seine.

Le fleuve est devenu un enjeu majeur au plus haut sommet de l’Etat. En région, le projet de plateforme

pourrait se poser ici.

L’Etat néanmoins, par l’intermédiaire d’une Préfète volontaire, peut accompagner un vrai projet de réindustrialisation. La Région, comme le souligne Guillaume Bachelay, peut mobiliser ses aides. On parle

au total d’une somme de 100 millions d’euros qui pourra constituer la corbeille de la mariée.

Mais à qui la proposer ? La question reste entière et sans des contacts sérieux et rapide, sans une

volonté forte du Ministre, sans une intervention de l’Etat, la noce n’aura pas lieu.

 

18h20 : Madame la Préfète propose une prochaine rencontre le 23 juin à la Sous-préfecture des Andelys,

plus tôt si nécessaire.

La délégation insiste pour se fixer sur un ordre du jour. Nous avons besoin de réponse et les syndicats

ne peuvent pas être les seuls à partager leurs informations.

Il s’agira de convaincre la direction finlandaise de M-REAL de repousser la date fatidique du 30

septembre car nous avons besoin de temps. La délégation réclame par ailleurs de pouvoir consulter le

cahier des charges, transmis par MREAL aux deux cabinets missionnés pour trouver un repreneur.

Enfin, il sera nécessaire d’obtenir l’avancée des discussions entre le Ministre et des contacts connus,

mais aussi les premiers résultats de l’AFI (Agence Française d’Investissement) missionnée, elle,

par l’Etat.

Avant de partir, l’invitation est lancée au Ministre Bruno LE MAIRE.

Il a promis de venir visiter le site : « …alors qu’il participe à la Journée d’action Nationale de la filière bois/papier qui se tiendra le 30 juin sur le site d’Alizay »… Sa représentante avoue ne pas avoir son

agenda mais promet qu’il viendra… mais quand ?

 

18h40 : Devant le Préfecture, les salariés attendant les conclusions de la rencontre. Chacun est inquiet

mais tous veulent croire à une issue heureuse même si, avouons-le, la situation est dure à vivre pour

des salariés qui voient depuis 2006 les plans sociaux se succéder.

Une chose est sûre, la mobilisation doit s’amplifier dans les prochains jours et les syndicats promettent

de nouvelles actions.

Repost 0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 17:00

Après l’ouverture de plusieurs enseignes en centre ville ces derniers mois, c’est deux pas-de-porte qui ont réouvert cette semaine et qui viennent renforcer l’offre commerciale Archépontaine.

 

Ainsi, après 10 ans de fermeture, suite au départ de Monsieur et Madame SERVAIS en retraite, c’est un jeune artisan qui a cru en son projet.

La nouvelle charcuterie de la place Hyacinthe Langlois accueille depuis le 7 juin ses clients. Monsieur LUCAS aime à rappeler que tout ce qu’il propose sur ses étales est fait « maison ».

C’est également les anciens locaux de la police municipale qui ont repris vie avec l’ouverture de l’épicerie de l’Arche, place Aristide Briand. Une épicerie à horaires décalés, ouverte 7 jour sur 7, qui rendra de nombreux services à n’en pas douter aux habitants.

 

Très prochainement, nous attendons l’ouverture de Viveco, la nouvelle superette rue Jean Prieur, qui sera elle aussi une nouvelle locomotive pour le commerce à Pont de l’Arche. A suivre…

Repost 0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 09:20

La préfète de l’Eure réuni ce jeudi responsables syndicaux et élus du secteur pour discuter de l’avenir du site d’Alizay.

Les organisations syndicales CGT et CFE CGC et tous les salariés de M Real appellent à un large rassemblement devant la préfecture d’Evreux jeudi 9 juin à 17h.

Venez Nombreux

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 10:05

Le mercredi 4 mai 2011, à l’occasion d’une réunion extraordinaire du comité d’entreprise, la direction de M Real, appartenant au groupe Metsäliitto, a annoncé la vente du site d’Alizay. L’annonce a été assortie d’un délai de 5 mois, après lequel, si aucun repreneur ne s’est manifesté, l’unité de production sera fermée et l’ensemble du personnel licencié.

 

Cette annonce a résonné comme un coup de tonnerre auprès des 330 salariés de M Real et de tous ceux qui vivent de l’activité du site de part les nombreux emplois induits (sous-traitant, prestataires, fournisseurs).

Ce nouvel épisode fait suite au combat déjà mené depuis décembre 2009, quand la direction finlandaise décidait de la fermeture de l’unité de fabrication de pâte à papier qui a entraînée 89 suppressions d’emplois à Alizay.

 

Cette décision est scandaleuse à plusieurs titres.

-          L’attitude exemplaire et responsable des salariés emmenés par leurs syndicats (CGT et CFE CGC) avait conduit à la réalisation d’une étude en 2010. Celle-ci, financée par le Département de l’Eure et la Région Haute Normandie, démontrait la nécessité de maintenir l’unité de pâte, seule possibilité pour rendre « rentable » le site d’Alizay.

Cette étude, détaillée à l’occasion d’une table ronde présidée par Madame la Préfète, n’a pas été étudiée comme elle aurait du l’être. La direction de M Real, enfermée dans ses certitudes ou alors consciente du scénario qui se profilait est aujourd’hui responsable d’une situation qui était annoncé par tous.

-          Les engagements pris par la direction de M Real n’ont pas été tenus. La sauvegarde du site et donc de l’emploi était conditionnée par des investissements conséquents autour des projets déjà longuement discutés : chaudière biomasse, unité de désencrage, granulés, plateforme fluviale mutualisée… Encore une fois, nous croyons que M Real n’a jamais eu l’intention de réaliser ces projets, conduisant un peu plus, un formidable outil industriel dans l’impasse.

-          La décision de mise en vente du site semble être la stratégie première du groupe depuis de nombreux mois. Nous déplorons l’attitude des dirigeants qui n’ont jamais réussi à conclure un accord avec un repreneur.

-          Au-delà du drame humain, cette fermeture serait également un drame économique pour les collectivités locales du canton, ayant un effet direct sur leurs finances, leurs capacités d’investissement, et donc à terme aussi sur l’emploi dans les industries et services de la région.

 

Le conseil municipal de Pont de l’Arche réaffirme sa volonté d’agir aux cotés de l’ensemble des partenaires pour maintenir et développer l’emploi industriel sur le site d’Alizay.

 

Le Conseil municipal unanime appelle à la mobilisation de tous les acteurs : Etat, Région, Département, Etablissement de coopération intercommunal, communes et habitants du canton. Nous exigeons que Monsieur Bruno Lemaire, Ministre de l’Agriculture et Conseiller régional prenne toutes ses responsabilités sur ce dossier ainsi que Monsieur Eric Besson, Ministre chargé de l’industrie et que Madame la Préfète de l’Eure réunisse rapidement une nouvelle table ronde.

 

Le Conseil municipal unanime demande la recherche d’un repreneur « crédible ». Nous entendons par « crédible » un papetier susceptible de maintenir à la fois l’activité du site avec une stratégie industrielle dynamique qui sera capable de réaliser les investissements  nécessaires qui permettront d’adapter et de moderniser l’outil de production pour répondre aux défis du futur et le maintien de tous les emplois

 

Le Conseil municipal unanime réclame de la part  des dirigeants de M Real de la responsabilité. La direction doit favoriser la reprise du site dans les meilleures conditions et doit mettre dans ses priorités la sauvegarde des emplois plutôt que le profit à tout prix.

Repost 0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 10:11

P1020705C’est mercredi matin que les salariés de M Real ont été convoqué en réunion de CE exceptionnelle. Chacun pensait alors que la direction allait faire savoir officiellement la vente du site. La douche n’est plus froide, elle est glacée quand Denis Beauséjour, directeur du site, annonce que le site est à vendre et que sans repreneur « crédible » avant la fin septembre, M Real lancera le plan de fermeture du site d’Alizay.

 

L’annonce est inacceptable, comme toute la gestion de cette affaire depuis le début de la part  direction finlandaise du groupe.

Depuis la veille de Noël 2009, M Real joue avec le feu et l’irresponsabilité des dirigeants est ahurissante.

 

Nous l’avons dit  avec force depuis le début. Les syndicats ont été remarquables dans toute cette affaire, menant un combat de tous les instants et bien au delà, en proposant des solutions alternatives.

Souvenons-nous, que conforté par l’avis de l’expert qu’ils avaient eux-mêmes missionnés, les syndicats annonçaient au printemps 2010 que le site n’était pas viable sans l’unité de pâte. La direction ricanait et la direction du site d’Alizay leur disait qu’ils ne comprenaient rien !

Les représentants syndicaux, soutenus par les ouvriers de chez M Real, démontraient que sans une politique industrielle volontariste, des investissements importants, qui pouvaient d’ailleurs être soutenu par la puissance publique, le site accentuerait ses pertes, conduisant droit dans le mur un formidable outil de production !

Ils avaient raison et n’ont pas été écouté !

Durant les multiples rencontres et tables rondes, nous avons exhorté la direction de nous faire part de ses orientations stratégiques, la Préfète de l’Eure réclamant publiquement un positionnement clair de la part de la direction Finlandaise.

 

Nous restons dubitatifs devant tant de cynisme. Que veut signifie « repreneur crédible ». Le groupe finlandais aurait certainement déjà pu vendre le site, s’il n’avait pas été aussi gourmand. Que signifie le mot « crédible », si ce n’est récupérer le maximum d’un outil de production qu’ils ont déjà mis à genoux.

La direction finlandaise doit être consciente que la fermeture du site entrainerait certainement des frais énormes, notamment en termes de dépollution. Il ne faut pas qu’ils comptent alors faire de « gros sous » sur le dos de salariés qui depuis des mois vivent dans la crainte de perdre leur emploi. Dans ce cas, c’est à l’euro symbolique que le site doit être cédé !

 

Il convient dés lors de retourner voir tous acteurs d’un feuilleton qui dure depuis trop longtemps, à commencer par Bruno Lemaire qui annonçait – en pleine campagne électorale – l’arrivée d’un repreneur que nous attendons toujours !

Le collectif pour la défense de M Real doit reprendre du service et nous nous associerons sans réserve aux actions aux cotés des syndicats.

 

Richard Jacquet

Maire de Pont de l’Arche

Repost 0