Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 10:39

Cité des métiersLa Cité des métiers est un service de la région Haute-Normandie qui fournit des informations précieuses en matière de formation, de recherche d'emploi... Il renseigne aussi, notamment sur son site Internet, sur la création d'entreprise, la validation des acquis et, surtout, sur la connaissance des métiers.


Ainsi l'onglet " Connaître les métiers " propose aux internautes d'approfondir leurs connaissances en faisant des recherches de fiches-métiers par domaines, par nom ou même par le biais des centres d'intérêt.

N'hésitez pas à consultez ce site pour préciser votre projet d'insertion professionnelle et le faire connaitre à vos proches en recherche d’emploi.

Contact : 02 32 18 82 80 ou
http://www.citedesmetiershautenormandie.fr

 

Retrouvez les partenaires de l’emploi sur le site www.pontdelarche.fr et dans notre prochain magazine ou bien encore au Tremplin, rue Général-de-Gaulle.

 

Repost 0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 22:25

Mercredi après-midi s’est tenue à Evreux la table ronde tant attendue sur la situation de M Real Alizay.

 

mreal photo 1-copie-1Portée et réclamée par les membres du collectif pour la sauvegarde de l’emploi et en premier lieu par les syndicats CGT et CFE-CGC, les quatre heures de réunions n’auront pas été vaines et des avancées, que nous qualifierions d’encourageantes, sont ressorties de cet échange.

 

Sous la présidence de Madame la Préfète qui selon tous les observateurs et participants a su montrer ouverture d’esprit et détermination, la table ronde a permis à tous les membres du collectif (ou presque …)  d’être représentés : syndicats CGT et CFE-CGC, la FILPAC, partis politiques et représentants des collectivités à commencer par le Maire d’Alizay et conseiller général du canton de Pont de l’Arche Gaétan Levitre, le Maire de Pont de l’Arche Richard Jacquet, Marc Antoine Jamet vice président de la Région Haute Normandie et aire de Val de Reuil, Daniel Leho suppléant de François Loncle Député de la 4ème circonscription.

 

La direction de l’entreprise était bien sûr présente, tout comme les services de l’Etat par l’intermédiaire de ses différentes directions.

 

Trois avancées importantes sont à mettre à l’actif de cette rencontre :

-          Le lancement d’une étude qui pourrait être financée par l’Etat, le Département de l’Eure et la Région Haute-Normandie sur un véritable projet d’avenir qui prendrait en compte l’ensemble de la filière bois,

-          L’engagement ferme de la direction finlandaise de M-Real. L’Etat et les collectivités ne suivront pas une entreprise qui ne formalise pas d’engagements précis sur la stratégie du site et sur l’emploi qui en découle,

-          Une étude à court terme qui permettrait de définir comment le redémarrage de l’unité de pâte à papier serait possible et avec quels financements (prix du bois, électricité verte …)

Afin de mener à bien cette dernière étape, le PSE a été décalé d’un mois, un deuxième mois devrait être négocié entre les organisations syndicales et la direction dès jeudi. Ainsi le PSE ne débuterait qu’au 15 mai.

 

Les salariés de M-Real et des entreprises menacées du secteur ont fait entendre leur voix tout l’après-midi devant la cité administrative et dans les rues d’Evreux pour montrer leur détermination.

 

Monsieur le Sous-préfet des Andelys s’est ensuite rendu à la rencontre des Maires du canton de Pont de l’Arche pour un compte rendu détaillé de la table ronde.

 

Le chemin de croix continue et reprendra corps dès demain autour de M Real. A chacun de poursuivre le combat pour ne pas déboucher sur une voie sans issue.

Vous pouvez toujours soutenir le collectif en signant la pétition, notamment à la mairie de Pont de l’Arche.

 

Le blog de l’intersyndicale : http://www.developper-m-real-a-412.fr/

L’édition de France 3 Normandie du 27 janvier : http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=b76a_1920&video_number=0

Repost 0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 18:41
P1020705.JPGLa mobilisation des salariés de M-Real est toujours aussi forte, accompagnée en cela par les syndicats et l’ensemble des partis politiques de gauche.

Après un barrage filtrant, la dispersion de pâte à papier, aujourd’hui lundi 11 janvier à partir de 15 h, c’était la pose de 99 croix (nombre de personnes licenciées) et de calicots au rond-point de la route D 621.


La préfète de l’Eure s’est engagée à organiser une table ronde avec les représentants du Conseil régional, du Conseil général, du député, du ministère de l’Agriculture, de la direction du site, et ce, dans la dernière semaine de janvier.


Dans l’attente de la tenue de cette table ronde d’autres actions auront lieu.

Soutenons les salariés de M-Real ; ils se battent pour l’Emploi, le maintien et le développement de l’Emploi.

Lien vers le blog de l'intersyndicale de M-real :

http://www.developper-m-real-a-412.fr/

Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 21:36

De 6h30 à 8h30, mise en place d’un barrage filtrant au rond point d’Alizay avec la participation de plus de 150 salariés du site. L’ambiance avait un côté festif malgré le froid polaire (-6°),  l’organisation était d’équerre,  les automobilistes  dans leur grande majorité et malgré le grand froid, ont accueilli  favorablement cette action ;  la présence de la gendarmerie assurait une fluidité du trafic. On a pu noter la présence des Maires d’Alizay, de Pont de l’Arche, de conseillers généraux    (G.Levitre, Claude Béhar),  de nombreux  conseillers municipaux de Pont de l’Arche et d’Alizay, de militants…. et de l’ensemble des membres du collectif à l’exception du PRG et des Verts qui ont fait une courte apparition. Aucun incident eu lieu et le barrage filtrant a été levé comme prévu à 8h30.

De 10h30 à 11h15, le collectif auquel s’est joint Richard Jacquet a été reçu par le Président du Conseil Régional, Alain Le Vern et ce,  malgré un emploi du temps extrêmement chargé. Le Président qui avait déjà par deux fois reçu la direction de M-real,  soutient les revendications du collectif et de plus en tant que Président de la Région s’est engagé à réunir une table ronde avec les services de l’Etat, le Conseil Général de l’Eure, la Direction de M-real et le collectif pour sortir par le haut de cette crise économique et sociale.

De 16h00 à 18h00, dans l’auditorium du site de M-real, nous avons assisté au compte-rendu des syndicats suite à une première réunion du Comité d’entreprise exceptionnel où a été présenté le Plan de Sauvegarde de l’Emploi (Plan social) : 99 emplois devraient être supprimés au cours du premier semestre 2010. Les syndicats rencontrent leur conseiller juridique ce vendredi (18/12 ) pour contester ce PSE.

Le collectif (CGT, CFE/CGC, PCF, PS, NPA, Les Verts, MRC, PRG, LDH,FILPAC) se réunira  de nouveau Lundi prochain (21/12) pour examiner les suites à donner à cette situation en comptant sur le soutien  de la population et des politiques malgré les fêtes de fin d’année.

mreal-photo-1-copie-1.JPG mreal-photo-2.JPG

Repost 0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 22:13

En plein milieu du mois de décembre, alors que scintillent dans nos rues les lumières de Noël, la direction de M-Real annonce un plan social qui devrait toucher une centaine de salariés. Voilà pour le cynisme. Une centaine de famille fêteront un drôle de Noël et attendront avec appréhension l’année 2010, signe d’incertitude.

 

La trahison, ce sont les promesses faites en premier lieu aux ouvriers, aux syndicats, aux élus du secteur et d’ailleurs, aux collectivités, ceux la même réunis en collectif depuis quelques semaines pour peser sur un projet crédible pour l’entreprise.

 

Depuis plusieurs mois, et à plusieurs reprises, sous couvert de communication et de transparence, la direction de M-Real reçoit celles et ceux qui le demandent, à commencer par les Maires du Canton afin de leur présenter le projet de ré industrialisation.

 

Le collectif réclame depuis le mois de novembre, ce que chacun demande depuis plusieurs mois : le redémarrage de l’unité de pâte à papier qui emploie directement 150 personnes et dont dépendent 1000 autres emplois dans toute la filière bois.

Ce même collectif adhère depuis le début au projet de ré industrialisation mais qui ne devait pas se faire au détriment des salariés de l’entreprise.

 

C’est ce que chacun a pu réaffirmer au fil des rencontres sollicitées avec des représentants du gouvernement ou avec les représentants de l’Etat dans le département.

 

Double trahison ?

 

Quel jeu joue t’il justement l’Etat ? Par naïveté avons-nous cru seulement un instant avoir le soutien du Gouvernement dans ce dossier ?

Il est à croire que ce plan était dans les tiroirs et qu’ils étaient quelques-uns à connaître les vraies intentions de la direction finlandaise de M-Real.

…c’est pourtant ces mêmes représentants de l’Etat qui avaient enlevé l’épine du pied de la direction lors du blocage de l’usine par les forestiers…

 

L’Etat capitule t’il ? Veut-il seulement se donner les moyens du combat ?

A l’heure du sommet de Copenhague, commençons par appliquer aujourd’hui les exigences indispensables de demain : un marché mondialisé n’est pas en contradiction avec une production régionalisée qui sera créatrice d’emplois et qui respectera notre planète.

 

Nous devons aujourd’hui réclamer que soit tenus les tables rondes annoncées. Plus que jamais, avec l’ensemble des partenaires afin de garantir un avenir au site d’Alizay et à l’ensemble des salariés.

 

Derrière le personnel de M-Real, derrière les syndicats, les élus locaux et partis politiques de gauche(1) soutiendront le rassemblement prévu mercredi 16 décembre à partir de 6h30 au rond point d’Alizay (RD 6015)

Venez donc gonfler les rangs de la mobilisation(2) !

 

Richard Jacquet

Maire de Pont de l’Arche

Vice-président de la Communauté d’Agglomération Seine Eure

 

(1) Certains sujets doivent faire l’objet d’une mobilisation qui doit transcender les clivages politiques. Il est à noter que les élus du canton de droite ne se sont pas manifestés depuis la création du collectif.

(2) Solidaires … la mobilisation débutant à 6h30, toutes celles et tous ceux qui le souhaitent pourront venir soutenir les salariés en lutte avant de rejoindre leur lieu de travail.

 

Retrouvez aussi l’info du collectif sur : http://www.lemotpourdire.com

Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 13:26

A l’initiative du conseiller général PCF Gaëtan Levitre et de la CGT M-Real, plusieurs dizaines de personnes ont rejoint le collectif de maintien et de développement de l'emploi chez M-real (Alizay). Parmi elles, le Député François Loncle, le Parti Communiste, le Parti Socialiste, le Parti Radical de Gauche, le Nouveau Parti Anticapitaliste, les Verts, la CFE-CGC, le Mouvement Républicain et Citoyen, les communes d’Alizay, Le Manoir, Pîtres, Pont-de-l’Arche...

Ce collectif exprime une forte crainte : depuis mars 2009, M-real a cessé de fabriquer de la pâte à papier sur son site d’Alizay. 75 personnes se sont retrouvées au chômage partiel alors que depuis ce temps M-real fait du Royaume-Uni de la pâte à papier recyclé. La direction de M-real promet de faire repartir la production de pâte à papier à Alizay en janvier 2010. Mais si le papier recyclé est plébiscité par les clients, pourquoi M-real ne s’engage pas dans la création d’une chaîne de production de papier recyclé à Alizay ?

Les syndicats redoutent donc le mois de janvier car rien ne nous garantit que la direction n’a pas pour objectif d’arrêter tout net la production de pâte à papier à Alizay. Ce serait donc près de 150 emplois qui seraient menacés au final.

Ce n’est pas tout, les syndicats sont persuadés que, si la production de pâte s’arrête, c’est l’ensemble du site qui sera condamné et dans les deux années qui viennent ce qui met en péril les 415 salariés d’Alizay dont de nombreux Archépontains.
Plus généralement, le site d’Alizay est le plus gros consommateur de bois du nord-ouest de la France. Sa disparition fait planer le doute sur le maintien de plus d'un millier de forestiers qui fournissent l'usine en matières premières.

Il y a donc urgence à ce que toutes les personnes qui souhaitent sauver l’emploi dans la région se rassemblent et fassent pression sur la direction de M-real pour être informée de ses intentions et pour éviter un plan social. Mieux, il s’agit d’avoir la certitude que la direction de M-real envisage sérieusement de maintenir son activité à Alizay en créant une chaîne de désencrage afin de créer du papier recyclé, ou en activant une chaudière biomasse qui convertit le bois en gaz, ou en fabricant des granulés pour le chauffage. Ces hypothèses doivent être étudiées afin de maintenir l’emploi et de contribuer au développement d’activités durables.


Pour signer la pétition du collectif : http://www.lemotpourdire.com

Repost 0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 16:11

Mieux faire connaissance, présenter les élus et les chantiers prioritaires.

 

 

Les commerçants sont venus nombreux au rendez-vous donné par M. le maire, Richard Jacquet, et l’équipe municipale. Il s’agissait de faire mieux connaissance, de présenter les élus et les chantiers prioritaires de la nouvelle équipe municipale.

 

L’assistance nombreuse a démontré son intérêt pour la vie municipale ainsi que ses attentes à l’égard des nouveaux élus.


Richard Jacquet a tout d’abord rappelé « l’importance de notre centre-ville dans la sociabilité archépontaine ».

C’est donc à la pérennisation, puis au développement du commerce de proximité et du marché que la nouvelle municipalité doit s’atteler. Richard Jacquet aimerait favoriser la venue d’artisans et, plus globalement, de commerces vivants. A cet égard, l’un des grands projets de la municipalité portera sur le rachat de fonds de commerces afin de les remettre en location à des tarifs accessibles aux commerçants désireux de s’implanter à Pont-de-l’Arche.

L’animation et la convivialité du centre-ville est essentielle. D’ores-et-déjà une plaquette d’information a été créée afin d’annoncer tous les événements de la ville jusqu’en juin : « le pocket cutlurel ».

La Sainte-Anne va reprendre des couleurs. Il serait bien qu’elle se déroule, de nouveau, durant 4 jours.

La fête de la musique doit, quant à elle, proposer plusieurs scènes placées près des commerces. Il ne s’agit plus d’animer les berges de l’Eure mais de proposer un parcours en ville afin de faire venir un grand nombre de visiteurs. A ce titre les commerçants doivent se rapprocher de la mairie s’ils souhaitent prendre part cette animation.

C’est aussi le mois d’août qu’il s’agit d’animer. Aucune animation n’est proposée durant ce mois dans notre ville.

Richard Jacquet a conclut par un appel : « Mais la mairie ne peut pas tout. Nous devons être partenaires. Comment peut-on travailler avec une association commerçante, véritable interlocuteur de la mairie ? C’est à partir de celle-ci que nous pourrons vous aider, vous conseiller sur des projets que vous porterez. La CASE aussi pourra vous aider. Je suis plutôt optimiste quand je vois notre potentiel. Pour un bourg de 4200 habitants, entouré d’une quinzaine de grandes surfaces, notre centre-ville résiste plutôt bien. »

Richard Jacquet invita ensuite les participants à débattre des questions de leur choix.  

 

Les questions ont porté sur les fonds de commerces abandonnés (magasin Pelé), les locaux disponibles pour les commerçants désireux de l’installer à Pont-de-l’Arche, l’accessibilité du centre-ville, le stationnement difficile, l’utilisation de la halle des berges de l’Eure, les actions envisagées pour redynamiser le marché, le projet de zone d’activité commerciale inscrit dans le PLU par la précédente municipalité, la propreté du centre-ville, un meilleur partenariat entre la mairie et les commerces en matière d’achats…

 

Le principal sujet de débat a été l’union commerciale. Tout le monde s’accorde à reconnaître le mérite des commerçants qui prennent en main cette union et qui la font vivre. En revanche, la majorité regrette le manque de discipline des commerçants qui exaspère jusqu’aux plus motivés et fait retomber la dynamique de l’union commerciale.

Beaucoup de voix demandent à la mairie de prendre en main cette union afin que « quelqu’un de neutre » prenne sa direction.

Cependant la réponse ne peut pas résider là. L’intérêt des commerçants doit être porté par ceux-ci avec l’appui de la ville.

Par souci d’efficacité et de clarté entre le domaine public et privé, la solution devrait résider dans la création d’une structure mixte.  

Ainsi une structure porteuse, encore appelée comité directeur, fut évoquée qui comprendrait des commerçants, des élus et des représentants du comité des fêtes.

Quoi qu’il en soit il semble que la réunion d’un bureau unissant les élus et les commerçants soit indispensable à court terme.

 

Richard Jacquet conclue que la mairie « ne peut pas diriger les commerçants. Mais si vous voulez des référents en mairie, vous les avez ; on est prêts à vous donner des coups de pouce ».

 

Repost 0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 14:04

Dans un contexte particulièrement difficile pour le pouvoir d’achat des ménages, il est bon de rappeler l’utilité de voter pour des élus de gauche aux élections municipales. 

undefined

Renforcer le budget du Centre communal d’action social, améliorer le suivi des dossiers des familles en détresse sont un des premiers services qui doivent être rendus par une mairie. Pour ce faire, en partenariat avec le département de l’Eure, Questions d’avenir propose de réfléchir au redéploiement des services municipaux afin de renforcer leur complémentarité avec les services départementaux.

Agir pour le maintien du petit commerce et de l’artisanat, premiers employeurs de France, est une nécessité à laquelle Questions d’avenir se propose de répondre en créant une société d’économie mixte mettant à la disposition des entrepreneurs des locaux à loyer modérés. 

Le logement social est primordial face à la hausse exponentielle de l’immobilier. Questions d’avenir note que la municipalité sortante n’a créé aucun lotissement aidé. Comment aider les jeunes à rester dans leur ville natale, comment aider les gens qui ne gagnent qu’un SMIC à demeurer à Pont-de-l’Arche ?

Enfin, dans un contexte de délocalisations massives, il faut doter les communes d’élus attentifs à la situation locale de l’emploi. Une proximité avec les salariés mais aussi avec la Communauté d’agglomération (qui a compétence en matière de politique économique) est essentielle.

Ne pas augmenter les impôts et les frais tels que ceux du restaurant scolaire est une réponse d’une mairie de gauche face à la difficulté que rencontrent beaucoup de foyers pour boucler un budget mis à mal de tous côtés (franchises médiales, inflation…).

Questions d’avenir, seule liste archépontaine a revendiquer une politique sociale, a la réponse la plus franche en matière d’emploi.
C'est ce dont nous avons pu discuter avec les ouvriers de
l'usine MARCO à leur sortie du travail jeudi.

Repost 0
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 10:28

De nombreux emplois ont disparu entre 2001 et 2008 laissant de nombreuses familles dans des situations particulièrement difficiles. Notre appartenance à l’agglomération a limité les conséquences désastreuses sur le budget communal.

A Pont-de-l’Arche, dans les communes du canton ou de l’agglomération, les élus de Questions d’avenir seront particulièrement vigilants et actifs face aux délocalisations et aux plans sociaux qui pourraient survenir.

Nous serons aux cotés de celles et ceux qui se battent pour sauver leur emploi, et plus globalement la vie économique de notre bassin de vie.

Il existe des actions à mettre en place pour venir soutenir le commerce de proximité (sédentaire ou non sédentaire), et développer des politiques de développement économique innovantes. 

Les réponses de Questions d’avenir
 

- Créer une société d’économie mixte afin de préempter sur les cases commerciales à vendre et ainsi louer ces espaces à des commerçants ou artisans désireux de s’installer dans notre commune.

- Elaborer un plan de développement de l’artisanat traditionnel en lien avec la chambre des métiers et de l’artisanat.

- Revitaliser le marché hebdomadaire et attirer de nouveaux commerçants et de nouveaux clients. Créer un marché saisonnier.

- Développer l’accueil touristique par la création de gîte ou de chambre d’hôtes. 

- Créer une maison de l’emploi et de la formation regroupant les initiatives locales, les permanences favorisant l’emploi, les structures d’information.

Repost 0
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 21:37

Faire de notre commune une ville attractive passe par un projet clair et des objectifs précis.

Assurer la reconversion des sites et des friches industrielles, mettre un frein à la spéculation immobilière, favoriser la reprise de fonds de commerce vacants pour éviter qu’ils ne se transforment en logements, maintenir une activité commerciale et artisanale forte, telles sont nos priorités pour éviter que notre commune se transforme en cité dortoir.

 La ville devra bien sûr tisser des liens étroits avec les commerçants de la commune. Elle devra encourager toutes les bonnes volontés qui voudront faire vivre une union commerciale. On a trop tendance à considérer les commerçants comme des privilégiés qui gagnent très bien leur vie. Dans nos petites communes, ce n’est pas souvent le cas et tout doit être fait pour maintenir notre centre ville et l’étoffer. Il est créateur de lien et sans ce lien, une commune meurt.

 

Une réflexion devra être menée avec les commerçants du marché.Ils sont nombreux à avoir quitté notre marché sans être remplacés. Les emplacements disponibles sont de plus en plus nombreux alors qu’à une époque il était impossible d’y trouver un mètre de libre. Le marché est un élément indispensable à la vie de Pont de l’Arche. Il n’est pas accessoire et on vient souvent de loin pour une promenade dominicale. Les commerçants abonnés ont vu leur droit de place augmenter de prés de 30% ces dernières semaines. La ville a en effet répercuté une partie des investissements réalisés rue Jean Prieur sur la société qui gère le marché, laquelle s’est empressée de faire payer les non sédentaires.

Mais au-delà des tarifs, une concertation large doit traiter la desserte du marché, son organisation, sa cohérence et pourquoi pas à terme, la création d’un marché saisonnier.

 

Mais c’est certainement dans le domaine de l’artisanat que notre commune a une carte à jouer. La création d’un centre d’artisanat permettrait de conforter les offres existantes et de développer de nouvelles propositions. En matière de tourisme, une spécialisation de notre commune dans ce domaine trouverait un écho très favorable.

Cette activité pourrait être associée à un centre de formation de l’artisanat qui permettrait de palier au manque de main d’œuvre dans un certain nombre de professions, d’assurer des reconversions ou pourquoi pas de faire naître des vocations.

 

Autant de propositions et de thématiques dont nous vous proposons de débattre. N’hésitez pas à vous exprimer.

 

Repost 0