Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 18:45

Parmi les projets annoncés par la ville en 2013, deux projets de résidences étaient dans les cartons. La Siloge vient de lancer les travaux du futur ensemble Lucie et Raymond Aubrac le long de la D 6015.

 Projet SILOGE

Avec presque 20% de logements locatifs publics, Pont de l’Arche serait « presque » bon élève. Seulement voilà, « Presque » ne suffit pas et toutes les communes de plus de 3500 habitants doivent compter au moins 20% de logements sociaux et 25% demain.

 

Plus qu’une réponse à la loi, la municipalité a recherché depuis le début du mandat, comment créer du logement pour répondre aux besoins premiers de la population. Pont de l’Arche attire par sa situation, son cadre et une ville à taille humaine. Mais Pont de l’Arche est aussi victime de son succès et ne peut plus répondre aux nombreuses demandes émises aujourd’hui par les jeunes couples, les personnes âgées et par les phénomènes de décohabitation ou de rupture familiale.

 

Photo 007La Siloge commence donc un important chantier pour la ville avec la création de 24 logements locatifs, de case de service et de l’espace périscolaire de l’école.

Derrière le groupe scolaire Maxime Marchand s’élèvera bientôt un ensemble qui viendra marquer la traversée de ville par la D 6015. Un ensemble répondant bien sûr aux normes actuelles, à proximité du centre ville et qui vient densifier un secteur non investi encore par la ville.

 

Les engins sont à l’œuvre depuis quelques jours, puisque la première partie du projet consiste à démolir l’existant et faire place nette avant de lancer la phase de construction.

 

P1020201Compte tenu des problématiques de foncier sur la ville, c’est une belle opération, mais particulièrement complexe que la ville a rendue possible avec le partenariat solide du bailleur social qui vient construire ainsi ses premiers logements dans la commune.

 

Emménagement prévu en 2014.

Repost 0
Published by Pont de l'Arche Questions d'avenir - dans Logement
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 09:21

Richard Jacquet réunissait en urgence hier soir le conseil municipal. L’ordre du jour unique portait sur un projet de construction de 24 logements locatifs derrière l’école élémentaire.

 

Une procédure d’urgence, pourquoi ?

 

Le règlement intérieur du conseil municipal permet cette procédure. Le délai de convocation du conseil passe alors de 5 jours à 1 jour.

Cette procédure a été utilisé en raison de la préemption nécessaire de la ville sur la propriété situé 2 rue Morel Billet, la ville devant se positionner avant le 7 décembre prochain.

La complexité de l’opération et son montage financier a pris du temps a précisé le Maire hier soir en début de séance. Si la ville travaillait sur ce projet depuis cet été, c’est dans ces derniers jours que des accords ont pu être trouvé entre la ville et la Siloge.

 

Du logement à Pont de l’Arche : une nécessité

 

Les élus ont unanimement reconnu le besoin de construction de logements sociaux. Pont de l’Arche est une commune ou il fait bon vivre. Revers de la médaille, les demandes de logements y sont conséquentes et plus de 100 demandes de logements sont à ce jour en attente.

Du logement à Pont de l’Arche, c’est aussi et surtout pour répondre aux besoins de la population qui vit déjà à Pont de l’Arche : les jeunes qui souhaitent décohabiter et prendre leur premier appartement, des personnes âgées pour lesquelles la maison est devenue trop grande. C’est aussi l’explosion des familles monoparentales. Quand un couple divorce, il faut deux logements et souvent avec les même caractéristiques compte tenu de la garde alternée qui se développe également de façon importante.

 

24 logements à proximité direct du centre ville

 

Le foncier sur la commune est rare et Richard Jacquet a rappelé l’enjeu des prochaines années pour notre commune. Reconstruire la ville sur la ville, c’est tout le travail qui a été mené avec la commission urbanisme dans le cadre de l’élaboration du futur Plan Local d’Urbanisme.

Simplement, nous devons rechercher les « dents creuses » et imaginer de petits programmes qui nous permettront de densifier à proximité du centre ville, près des équipements et des transports collectifs.

Le projet sera situé derrière l’école élémentaire sur une parcelle appartenant à la commune et sur la maison qui jouxte ce terrain que la ville préempte donc.

C’est un petit collectif (R+2+comble) qui sera construit. L’ensemble sera d’une très haute qualité environnementale répondant aux normes BBC (très basse consommation), le premier ensemble écologique de la commune !

Le projet permettra par ailleurs de démolir les deux classes mobiles qu’occupent aujourd’hui la garderie de l’école. De nouveaux locaux seront construits avec le projet de logement.

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Logement
commenter cet article
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 13:06

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

En juillet dernier, je vous faisais parvenir un courrier dans lequel que je vous informais des démarches de l’association « Questions d’avenir » concernant la résidence Pierre Mendès France et l’impact des travaux de la nouvelle résidence Roger Leroux sur votre quotidien.

 

Dans le même temps, j’avais contacté Monsieur le Maire de Pont de l’Arche et Monsieur le Président de Eure Habitat mais, ni l’un, ni l’autre, n'ont apporté de réponses concrètes aux interrogations que nous avions soulevées.

Aujourd’hui, les travaux avancent et chacun est en mesure d’imaginer que la vie du quartier va profondément être modifiée dans les prochains mois. Il est désormais l’heure d’imaginer l’avenir, de donner un nouveau souffle à un quartier qui n’a pas connu de réhabilitation importante depuis des années.

Les élections municipales se profilent et vous savez certainement que je conduirais la liste de Questions d’avenir. J’avais pris des engagements il y a quelque mois concernant la rénovation de certains quartiers de la commune, je vous les confirme aujourd’hui.

Les aménagements de sécurité dans tout le quartier, le stationnement, les espaces collectifs et le devenir du Mille Club, les jeux pour enfants devront faire l’objet d’une concertation avec vous tous pour que les futurs aménagements du quartier correspondent au mieux à vos attentes.

Je suis, avec les membres de Questions d’avenir, d’ores et déjà à votre disposition, pour toute rencontre sur ce sujet et tout autre qui vous paraîtrait nécessaire.

Je me permets de vous souhaiter à tous et à toutes d’excellentes fêtes auprès de celles et ceux que vous aimez.

Dans l’attente de vous rencontrer, je vous prie de croire, Madame, Mademoiselle, Monsieur, en mes sentiments les meilleurs

Richard JACQUET

 

 

 

 

Repost 0
Published by Droit de cité - dans Logement
commenter cet article
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 17:52

La ville et Eure habitat viennent de lancer la troisième tranche du Bon Air. Personne n’a cru bon de réunir les riverains du chantier dont le quotidien risque bien d’être bouleversé pour longtemps !

 

Ce projet date de la municipalité de Roger Leroux, Maire de 1977 à 1989, cette dernière tranche portera d’ailleurs son nom. La première étape du projet fut la résidence Pierre Mendès France dans les années 80. Elle fut suivie assez rapidement par un programme d’une vingtaine de logement le long de la résidence Jules Massenet. Le Bon Air 3 consiste donc à aménager le terrain vacant entre ces deux premiers programmes et la salle de sport.

 

La pose de la première pierre du Bon Air 3 s’est déroulée il y a quelques semaines et avec le lancement des travaux, les habitants ont déjà pu mesurer les effets de ce chantier sur la vie de leur quartier : arrivée des engins, pose sous certaines fenêtres  de grilles de 2 mètres de haut, décaissement de la chaussée, vibrations importantes dans les logements …

« C’est un chantier pourrait-on nous dire et comme tout chantier, il comporte des désagréments ». Oui, mais voilà, à aucun moment, les habitants qui subissent les nuisances au quotidien n’ont été réunis pour une présentation du futur ensemble, ni par Eure Habitat, ni par la municipalité.

 

Les riverains n’ont eu aucune information sur le déroulement du chantier, ni sur les futurs accès à la résidence Roger Leroux. Car il ne s’agit pas simplement de quelques bouleversements le temps du chantier mais d’un changement complet du plan de circulation du lotissement. Les demandes des habitants de la Résidence Mendès France n’ont jamais été prises en compte, en termes de stationnement, de sécurité, d’espaces de jeux pour les enfants, nombreux dans cet ensemble.

Questions d’avenir est intervenue auprès d’Eure Habitat et de la ville de Pont de l’Arche afin que les habitants concernés obtiennent plusieurs éléments :

-          une information sur le projet, son impact et  le déroulement du chantier.

-          une signalisation de sécurité pour toutes les personnes fréquentant ce quartier, riverain et personnel, intervenant sur le chantier. Pendant les vacances la présence d’enfants, à pied ou à vélo est particulièrement importante.

-          une véritable réflexion sur le fonctionnement de ce quartier, vieux de plus de vingt ans et qui n’a jamais connu de réhabilitation importante. Le stationnement est problématique, les espaces de jeux sont inexistants, les espaces collectifs sont vétustes.

-           

Les réunions publiques et de quartier n’intéressent plus grand monde, c’est une réalité qui s’impose mais s’il venait à nos élus, l’idée de réunir un quartier autour d’un projet qui va toucher le quotidien des habitants, nous sommes convaincus qu’il y aurait une forte mobilisation. 

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Logement
commenter cet article
9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 19:10

Nous avons largement exprimé dans ce numéro de « Droit de cité, le projet » les projets menés sur le logement et l’urbanisation de la commune depuis de nombreuses années. Notre commune est arrivée au maximum ou presque de ce qu’elle avait la possibilité de faire dans ce domaine.

Pont de l’Arche avec la rivière au nord et la forêt au sud ne pourra pas programmer de nouvelles et ambitieuses politiques de constructions dans les années à venir. Prenons le temps d’accueillir comme il se doit la nouvelle population, de vivre ensemble.

 Cela ne nous exonère pourtant pas de projets. Ce n’est pas parce que Pont de l’Arche n’a plus de réserve foncière qu’il faut considérer que tout est fait et que rien ne reste à faire. Bien au contraire ! Les programmes menés durant toutes ces années ont eu le temps de prendre leur place dans le paysage Archépontain et de nouvelles problématiques ont depuis émergé.

 

 

Les différents ensembles locatifs vieillissent plutôt mal, faute d’avoir bénéficié d’un entretien régulier. Notre priorité sera d’engager dans les meilleurs délais des négociations avec les bailleurs sociaux pour obtenir une programmation sérieuse de travaux.

  • La résidence Pierre Mendès France qui aura en vis-à-vis la 3ème tranche flambant neuve devrait être traitée avec le plus grand soin.
  • La résidence Aragon aurait besoin d’un ravalement sévère avec traitement des fenêtres, volets roulants, sanitaires, robinetterie…
  • La résidence du Becquet, la plus récente mériterait un rafraîchissement extérieur et un entretien régulier.

    Mais la municipalité seule ne pourra pas tout faire. C’est pourquoi nous favoriserons la création d’associations de locataires. Celle-ci pourraient avoir plus de poids face aux bailleurs mais aussi être des forces de propositions pour la vie des quartiers. Nous pensons tout particulièrement aux espaces collectifs, de loisirs ou de stationnement. Ainsi, aux Lupins, c’est tout l’aménagement du quartier qui est à revoir, car c’est un secteur de la ville trop longtemps laissé de coté. Avec les locataires et les propriétaires de l’anneau, il sera nécessaire de revoir le plan de circulation, les parkings, les espaces collectifs de loisirs, les aménagements paysagers …

La problématique du stationnement et de la circulation est forte dans d’autres ensembles comme à la Pommeraie. Ici il n’est pas seulement nécessaire de proposer des aménagements sur un bout de la rue Louis Pasteur , dans l’optique d’une réouverture de cette voie comme le propose le Maire.

C’est une réflexion d’ensemble qui doit être menée pour régler tous les problèmes de sécurité routière du lotissement. Nous aurons l’occasion de revenir sur les problèmes de sécurité dans un prochain numéro.

Une politique volontariste, c’est aussi anticiper des situations complexes en se dotant d’outils qui répondront aux préoccupations de chacun et de chacune.

  • Être en capacité de répondre à l’urgence car personne n’est à l’abri d’un perte d’emploi, d’une difficulté familiale grave. Être vigilant, intervenir auprès des bailleurs sociaux pour maintenir les familles dans leur logement et éviter saisies ou expulsion relève de la responsabilité des élus.
  • Favoriser la décohabitation lorsqu’un jeune prend son indépendance en mettant sur le marché des logement adaptés en terme de superficie et de loyer.
  • Aider par des mesures spécifiques, les personnes âgées à rester dans leur maison. Sur ce point nous aurons l’occasion d’avancer des propositions dans un prochain numéro.

Bien d’autres sujets pourraient être abordés comme le devenir de l’immeuble de la gendarmerie, ou l’élaboration du PLU. En attendant, emparez vous de ces propositions, commentez les, proposez d’autres axes de travail, le débat est ouvert.

Infos sur le Plan Local d'Urbanisme sur le site de la ville de Pont de l'Arche http://www.pontdelarche.fr/Main.aspx?numStructure=38765&numRubrique=45887

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Logement
commenter cet article
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 21:18

Dans notre commune, les municipalités qui se sont succédées depuis plus de 25 ans ont fait évoluer le nombre d'habitants en intensifiant les programmes de logements, Rappelons pour mémoire les résultats significatifs des recensements :

1975 : 2885 habitants

1982 : 2456 habitants

1990 : 3085 habitants

1999 : 3456 habitants

Les municipalités successives (entre 1977 et 2001) ont exprimé leur volonté d'arrêter la baisse sérieuse de population a partir d'objectifs clairs :

Favoriser la mixité à travers l'offre locative et l'accession à la propriété, maintenir une qualité de vie en privilégiant l'habitat individuel, densifier l'offre locative et l'accession en centre ville (300 habitants ont quitté le centre ville entre deux recensements), préserver une qualité environnementale pour faire de notre commune une ville agréable à vivre et réer ou développer les services que les familles trouvent dans les villes: transports, centre de loisirs, restauration scolaire, école de musique, crèche, relais d'assistantes maternelles, aides diverses pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées.

 
 

Depuis 2001 quelles sont les orientations et les réalisations de l'actuelle municipalité ?

Notre Maire, élu sur un NON a l'agglomération Seine Eure a été promu Vice-président de la CASE en charge du logement.

Il dispose donc d'un outil sérieux initié par son prédécesseur : un PLH (Programme local de l'habitat) qui a défini les enjeux et les objectifs à atteindre pour les 10 prochaines années sur le territoire de la CASE a savoir:

- Développer l'offre en logements locatifs, en accession à la propriété en évitant la polarisation d'une offre spécifique

- Réaliser 400 logements neufs par an dont 80 en locatif social

- Répondre aux besoins de populations spécifiques: Jeunes travailleurs, jeunes ménages, personnes âgées ou handicapées

- Développer l'offre en accession à la propriété à un coût maîtrisé

M le Maire a-t-il appliqué cette politique pour notre commune?

Manifestement NON ! Il suffit pour s’en convaincre de faire un retour sur les programmes réalisés depuis 2001

  •  

     

    Anneau des rosiers : 24 logements pour en remplacer 20 voués à la démolition (programme pratiquement bouclé par la précédente municipalité)
  • 3eme tranche de la Résidence Pierre Mendès France : 18 logements sur les 34 prévus par la municipalité qui a siégé entre 1977 et 1989

  • DIALOGE : 18 maisons destinées à des familles disposant de revenus suffisants pour faire face à un loyer de 850 €. A ce jour à peine la moitié des maisons sont louées. Il faut savoir que la municipalité précédente n'avait pas soutenu ce projet. Une étude sérieuse menée auprès des entreprises dans un rayon de 40 Kms avait mis en évidence l'absence de demandes.

Eh! Oui ! Des personnes sont dans la  rue, ou cherchent désespérément un toit et nous, nous nous offrons le luxe de disposer de pavillons vides !

Concernant l’accession à la propriété, depuis 2001, deux lotissements ont vu le jour :

  • Le Chêne Jaunet : 89 pavillons
  • La Résidence La Borde  : 19 maisons

On voit bien, au vu de cet inventaire que le logement social n'est pas la priorité pour nos élus. A ce jour il ne représente plus que 16% de l'habitat (donnée fournie par la CASE).

Il faut savoir que la municipalité actuelle a laissé hypothéquer tous les terrains sans se préoccuper de l’avenir, qu’ils s’agissent de logements ou de services à la population.

Que restera t’il ? Les friches industrielles, l'immeuble de la gendarmerie, une partie de la forêt de Bord?

Répondant à une question lors d’une réunion de quartier sur l'habitat et l'arrivée de nouveaux habitants le Maire répondra de façon surprenante : « Durant ce mandat nous n'avons pas réalisé de logements » ; ce qui est vrai ! En effet les opérations qui ont contribué à augmenter la population ont été montées par des promoteurs ou des organismes privés! Est-ce un aveu d'impuissance ou une absence de volonté ?

Le Maire a voulu poursuivre l’augmentation de la population mais n’a pas souhaité que la commune investisse dans le domaine du logement: pas d'acquisitions de terrain, pas de financements pour le logement social. Le Maire a souhaité l’arrivée de nouveaux habitants mais n’a pas choisi que la commune investisse dans les équipements publics indispensables comme l’école maternelle.

Les nouveaux habitants, c’est pourtant «  LA POULE AUX OEUFS D’OR » !!! A chaque Conseil Municipal, nos élus se réjouissent de cette manne qui tombe dans l'escarcelle de la commune. Notre Maire a une conception bien « personnelle » de l’action municipale et du service public !

Pour les membres de Questions d’avenir, la question du logement est centrale. Le rythme des constructions devrait maintenant fortement ralentir. Il faudra alors apprendre à vivre ensemble et à entretenir ce que nous avons passé près de trente ans à construire.

 

Concernant le locatif : 

Repost 0
Published by Questions d'avenir - dans Logement
commenter cet article
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 10:56

Une nouvelle thématique pour Questions d’avenir, le logement.

 

 On se souvient tous des « enfants de Don Quichotte » et des tentes du Canal Saint Martin de cet hiver. La question du logement a été l’un des sujets importants de la campagne électorale. Des engagements ont été pris, le nouveau président est élu, charge à lui de tenir ses promesses.

 Se loger est un droit et il revient à chaque élu, qu’il soit Maire ou Président de s’emparer de ce dossier.

 

L’histoire de Pont de l’Arche, ces trente dernières années est inévitablement liée à cette question. Au moment où notre commune perdait de nombreux habitants, il a fallu imaginer, construire, favoriser l’arrivée de populations nouvelles.

Il a fallu aussi faire des choix. Quel habitat pour Pont de l’Arche, entre locatif et accession à la propriété ? Le choix a été fait pendant de nombreuses années de favoriser la mixité.

 

La politique du logement a de nombreuses incidences sur la vie municipale, et notamment en terme de services. Notre commune est bien équipée, et possède de nombreux services.  C’est en partie la raison pour laquelle Pont de l’Arche attire une nouvelle population.

Mais des nouveaux habitants, c’est aussi une évolution indispensable de ces services : garantir l’accueil des enfants à la crèche, à l’école ou au centre de loisirs, avoir des infrastructures suffisantes pour les clubs sportifs, pour les activités culturelles, gérer les nouveaux flux de circulation, tous ces points doivent faire l’objet d’une étude attentive.

 

Les locataires de la Maison Blanche , ce n’est plus un secret, n’ont pas anticipé cette évolution et se voient aujourd’hui débordés.

C’est donc l’occasion pour tous les membres de Questions d’avenir de souhaiter la bienvenue aux nouveaux Archépontains et Archépontaines.

 

La période qui s’ouvre sera celle du bilan des sortants et celle  des projets des postulants. Notre volonté est que chacune et chacun d’entre nous trouve sa place pour faire de notre commune « une ville à vivre ».

Repost 0
Published by Droit de Cité - dans Logement
commenter cet article